17/11/2008

Des courses...

Il ne faut pas me lacher dans un magasin comme ça. Parce que forcément, je craque. Entre les épices, les huiles, le matériel de cuisine, impossible  de repartir de là les mains vides.  Il me fallait un sillpat. Un truc en silicone là qu'on utilise au four pour faire des biscuits, des tuiles, etc. Vu que j'ai fait l'aquisition d'une machine à pain,il y a peu de temps, et que j'aimerai pouvoir faire des petits pains, des pistolets , et autres, elle arrive à point nommé.

Et puis, j'aime bien découvrir. Ce mélanges d'épices australiennes m'a tenté, et hop. Un peu de sel aux herbes, de la fleur de sel, du massala mauricien,des graines de séchouan... De quoi parfumer la cuisine pour un petit momet.

J'adore la gastronomie italienne. Ce n'est pas un secret. Alors, pour changer des grissinni, des stiratini aux olives noires... et du lard aromatisé.

Pour les becs sucrés, du pannetone, et de la marmelade d'oranges amères.

Puis pour finir, des escargots. Ceux là sont de tellement bonne qualité que je les prépare le plus simplement du monde, avec un peu de crème et de persil. Pas d'ail. Pas besoin. Le plus simple, c'est le mieux.

IMG_2884

Alors, qui va se régaler ?

17:08 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gastronomie, miam, epicerie |  Facebook |

16/11/2008

Bouchonne moi ça....

On ne s'intéresse pas toujours au contenant de ce que nous buvons. Et c'est parfois dommage. Parce que, surtout en ce qui concerne le vin, ça peut avoir une grande influence sur le produit que nous aurons dans nos verres. C'est surtout au bouchon qu'on va s'intéresser. Parce qu'on entend souvent parler de la problématique des bouteilles bouchonnées, et abimées par un mauvais bouchon. Quelle plus grande déception que d'ouvrir un flacon et de percevoir ces arômes désagréables caractéristiques?

Bon, sachant que le parasite responsable du goût de bouchon siège dans le liège, la solution qui saute aux yeux, est de se passer de liège. Bah oui, ça parait logique. Mais c'est un peu vite oublier que si l'on se sert du liège depuis si longtemps, c'est pour une raison bien précise: sa perméabilité idéale à l'air et qui permet un échange parfait entre le vin dans la bouteille, et l'air extérieur. Mais bon, ça ne va pas arreter les chercheurs et ingénieurs, qui se creusent la cervelle pour trouver des solutions à la fois économiques et satisfaisantes quant à la conservation des vins.

On connait le bouchon synthétique ( dont ceux de la société Normacork, belge). Mais d'après les analyses et le recul que l'on a sur les bouteilles bouchées de cette manière, il semblerait que la perméabilité obtenue avec ce type de bouchon, n'autorise pas une garde de plus de trois ans. Au delà, les vins se flétriraient. Pour tout ce qui est gamme de consommation courante, rapide, c'est une bonne solution, mais pour les vins de garde ? Qu'est ce qu'on fait?

Voilà peut être la solution: un nouveau bouchon, mis au point par le groupe industriel italien Guala, spécialisé depuis un demi-siècle dans l'emballage complexe « haute technologie ». Durant 5 ans, et avec pas moins de 4 millions d'euros de budget, ils ont planché sur la problématique, arrivant à la conclusion que pour réunir toutes les qualités propres au bouchon de liège, en utilisant des matériaux synthétiques, il faudrait privilégier un bouchon en trois pièces. Un axe, une enveloppe perméable, et un bouclier qui soit en contact avec le vin, sans lui transmettre aucun goût ou défaut.

Testés, retestés, etc, les bouchons semblent tenir leurs promesses. Les  résultats de conservation atteints par les bouteilles bouchées par ces bouchons nouvelle génération par rapport à des bouteilles de vin bouchées au liège apparemment donnent des résultats équivalents. (perméabilité de 0,008 à 0,012 cm3 d'oxygène de l'ensemble goulot-bouchon par 24 heures).Autre avantage non négligeable, la technicité de production de ces bouchons fait que la machine qui les fabrique peut produire quelque 25 millions de bouchons par an.

Pourquoi pas ? Après tout, si l'on peut éviter le gout de bouchon, en ne nuisant pas  à la qualité de conservation, c'est bien. Si l'ont peut déboucher une bouteille sans la crainte de tomber sur un truc louche, c'est cool. Maintenant, est on pour autant obligé de donner une forme de suppo à ces bouchons là ? J'en doute ;)

IMG_2881

21/10/2008

RAPPEL POUR LES DISTRAITS

Vous avez jusqu'au 31 octobre minuit, ( si si) pour rendre vos copies pour le jeu.

Vous avez déjà bénéficié d'une prolongation, donc maintenant plus d'excuses, on envoie !

Rappel:

Les règles sont les suivantes:

  • Je propose un vin. J'en donne les explications qui paraissent nécessaire. Bien sûr, rien ne vous empêche de chercher vous même d'autres infos qui vous paraitraient pertinentes.
  • Vous trouvez, inventez, adaptez une recette... A vous de l'envoyer, par mail et en pièce jointe s'il vous plait, avec une photo l'illustrant.
  • Vous devrez bien entendu indiquer les ingrédients ainsi que le déroulement de la recette, et aussi pourquoi vous avez choisi cette recette pour le vin en jeu.
  • Publier cette recette sur votre blog en indiquant votre participation par un lien
  • Un jury, composé d'illustres dames ( oui, y a que des dames, mais de qualité, et puis c'est moi qui choisit! na !)de la blogosphère sera chargé d'évaluer les recettes. Originalité, réalisation, présentation seront les trois grands critères.
  • Votre recette doit être facilement reproduite , et raisonnable en coût. Inutile de recourir au caviar osciètre donc.
  • Vous avez jusqu'au 31 octobre pour envoyer vos recettes.
  • Le gagnant ou la gagnante se verra attribuer un prix surprise.

Je vous attend nombreux. Point n'est besoin de recettes compliquées, pensez surtout goûteux et à l'accord avec le vin.

Alors prêts?

Partez !

Le vin: Canon Fronsac, Chateau Canon Pécresse 2004,

Rouge, bordelais, propriété de la famille Pécresse, de 4,5 ha, le renouveau de ce vignoble vient d'une profonde restructuration.

Ce qu'on peut en dire: un nez profond de cerise noire, une pointe de menthol, un peu de tabac blond. La bouche est soyeuse, pleine de fruits rouges et noirs frais ( cerise, mûre, fraise, ...). Les tannins sont fins et élégants, ne masquent pas le côté charnu de ce vin. La fraicheur entrevue au nez persiste, et donne du relief au vin, qui en outre possède une légère amertume en fin de bouche. Rond sans être sans âme, puissant sans être body buildé, c'est un vin de caractère, mais aussi de race. L'élégance le caractérise assez bien.

vin rouge charmeur et puissant, mais avec une fraicheur bien présente.

Vous pouvez bien sûr vous rafraichir la mémoire en allant faire un tour du coté du tag " accords mets vins "

A vos casseroles !

15:22 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : rappel, accords mets vins, jeu culinaire |  Facebook |

15/10/2008

Relax, respire.... et souris !

Ca vient sans prévenir, comme ça. Vous êtes peinards, (enfin façon de parler, parce qu’en vrai vous bossez…), puis un client pousse la porte. Sourire pro, formule de politesse. L’accueillir sans qu’il se sente harcelé, lui laisser le temps de prendre ses marques. Puis un ” je peux vous aider ? “. Et là, on ne sait jamais ce qu’on peut déclencher. Quelquefois, l’échange est des plus banals. La personne sait ce qu’elle veut, elle le dit, point barre. L’affaire est faite. Mais…

D’autres, ça commence tout à fait normalement:
-” bonjour, je peux vous aider ?
- ” heu, oui, je voudrais offrir du vin …”
- ” une idée sur quelque chose, une région peut être ? “

Et là:
- ” sais pas, c’est pour un gynéco “
*ne pas rire, ne pas rire, non, surtout ne dis pas ce qui t’es venu à l’esprit, reste pro *.

Parfois, c’est les classiques : ” qu’est ce que vous avez de bon ? “ Ou ” je voudrai quelque chose, mais de vraiment bon “ auxquels vous êtes fortement tentés de répondre ” ah, c’est ballot, parce qu’en fait je vends que de la merde.” Mais vous ne le faites pas.

Il y a le somptueux, chuchoté de préférence:
” Dites, je ne voudrais pas vous mettre dans l’embarras, mais il est périmé votre vin, là, c’est écrit 2003″.

Il y a aussi cette dame, très chic, qui vous dit,: ” c’est pour un connaisseur, vous allez me chercher votre mari ? “ .

Bon, d’accord, je cumule: blonde, jeune et sexe féminin, mais je connais quand même deux trois trucs, non ? Il y a les guidophiles, ceux qui ne jurent que par leur sacrosaint guide truc muche, et se foutent bien de votre avis.“Vous savez dans mon guide machin chose, il est dit que ce vin est fooooooooooooooooormidable, vous n’en avez pas ? “ (Si si, j’en ai mais je le garde pour moi, gniark gniark)

Les drôles malgré eux: “moi je n’aime pas le vin, je n’aime que le rosé” (c’est quoi alors du rosé ?).

Ceux qui fourchent, qui se trompent de nom. Le Pauillac devient du Pou- llac, le Saint Estephe du Sein d’Estève (je ne connais pas cette dame).

Puis celle ci, il n’y a pas longtemps. C’est ma préférée : Un monsieur se présente. Il tient un sac, dedans manifestement il y a une bouteille. Il la sort devant moi (la bouteille, qu’allez vous imaginer bande de dévoyés), puis m’annonce: ” elle est bouchonnée “.

Sur le principe, moi je veux bien. Ca arrive. Suffit qu’un champignon pas très sympa aie trouvé le liège assez cosy comme lieu de villégiature, et paf ! Voilà un gout de bouchon.

Sauf que…

La bouteille était bouchée par une capsule à vis…Métallique…

21:14 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : humour, perles |  Facebook |

08/10/2008

Le vin pour les bourrus poilus

La semaine dernière, c’est les gourdasses qui en prenaient pour leur grade, alors y a pas de raison que ça ne vous arrive pas à vous aussi. Oui, toi, je t’ai vu replacer ta gourmette offerte par môman, et toi là bas, t’enfuis pas en crabe. Je parle. On écoute.

Un homme, un vrai, ça connait le vin. Forcément. C’est dans ses attributions masculines non optionnelles.Comme le pouvoir de dévisser les bocaux, l’habileté à utiliser des outils ( homo habilis, ça vous dit quelque chose?), la sortie hebdomadaire des poubelles…

Quoi? Vous connaissez pas? Vous êtes nuls. Mais comme je vous aime bien, je vais vous aider.

D’abord, l’attitude, on redresse les épaules et on saisit son verre. Par le pied. Si vous avez lu les conseils aux pintades, vous devez savoir pourquoi. Oui, je sais, naturellement, vos mains cherchent la rondeur du calice. Réfrénez vos instincts, que diable!

Prenez la bouteille. Servez vous un verre. HO ! Pas si vite. On n’est pas à une soirée estudiantine, ici. C’est pas de la bière, c’est du vin. On remplit son verre, au tiers. Pourquoi? Pour pouvoir y glisser son tarin sans s’en tâcher le bout? Pas que. Pour laisser s’exprimer le vin. En douceur. En liberté. Parce que le vin, comme la femme, a besoin de se livrer, mais lentement. Voluptueusement. Donc on ne brusque rien.

On hume. On prends son temps. Ca s’appele les préliminaires. Et c’est pratiquement aussi important que l’acte lui même ( à quoi pensez vous, bande de lubriques, je parlais de la mise en bouche, hein?!). Bon, en même temps, point n’est besoin d’y passer 107 ans. Allez y goûtez. Mmmmmmh!

Parler de vin, c’est toujours bien dans une conversation mondaine, du moment que ça ne tourne pas au déballage scientifique lourd qui pourrait faire s’assoupir vos courageux interlocuteurs, ou aux diverses manières de prendre une cuite au cubi de vin du Lubéron. Pour être classe, on reste sobre. On n’est pas dans une master class, ni à la foire aux boudins. Et si on ne sait pas on se tait.( ” Mieux vaut se taire et passer pour un imbécile, que l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet“). 

S’il y a des femmes dans l’assemblées, on ne les snobe pas. On leur demande leurs impressions. Parce que sensibilité différente, vécu différent font que la dégustation de vin peut être source d’une infinité d’échanges. Alors on s’instruit.

On arrête de réclamer des ” vieilles vignes vieillies en fûts de chêne”: parce que

  • un: les vieilles vignes, c’est une notion toute relative. Selon les domaines, ça a une grande variabilité.
  • deux: c’est pas les vignes qui vieillissent, c’est le vin.
  • trois: le fût, oui mais pas n’importe comment. Le bois s’il a de la matière a, peut être un excellent apport, mais pas pour tous les vins, sinon, ça s’appele du jus de planche.
  • quatre: c’est quoi cette obsession viticole gérontophile inversément proportionnelle d’ailleurs aux qualités de jeunesse requises pour vos conquètes féminines? C’est bizarre, non? Oui messieurs, le vin jeune se boit aussi, des fois il est même fait exprès pour une consommation rapide, dites donc!

Voilà, alors maintenant, hommes de tous poils, vous êtes parés, non?

PS: si vous êtes une femme, et que vous avez quand même lu cette note, les conseils s’appliquent à vous aussi.

17:48 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : humour |  Facebook |

05/10/2008

Vacances gourmandes

voilà déjà un avant goût des vacances niveau vins et gourmandises... Comme vous pouvez voir, on s'est régalés. Je me repose un peu, et je vous raconte...   qui devinera où j'étais?  

 

 IMG_2537

IMG_2544IMG_2650

IMG_2566

 

 

 

 

IMG_2573IMG_2581IMG_2636

 

 

 

 

IMG_2658IMG_2583IMG_2574

 

 

 

 

IMG_2603

IMG_2580IMG_2562IMG_2565

11:45 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : vacances |  Facebook |

27/09/2008

je ne suis pas là....

Mais vous pouvez me laisser un message...

Je prends quelques jours de vacances, ce blog va donc être en sommeil un petit moment... Mais il vous reste la possibilité d'aller faire un tour sur mon autre blog, où là, j'ai prévu quelques billets... Vous aurez de la lecture donc...

En attendant, je vous remets les règles pour le jeu, ça vous laisse un peu de répit pour y penser.

Les règles sont les suivantes:

  • Je propose un vin. J'en donne les explications qui paraissent nécessaire. Bien sûr, rien ne vous empêche de chercher vous même d'autres infos qui vous paraitraient pertinentes.
  • Vous trouvez, inventez, adaptez une recette... A vous de l'envoyer, par mail et en pièce jointe s'il vous plait, avec une photo l'illustrant.
  • Vous devrez bien entendu indiquer les ingrédients ainsi que le déroulement de la recette, et aussi pourquoi vous avez choisi cette recette pour le vin en jeu.
  • Publier cette recette sur votre blog en indiquant votre participation par un lien
  • Un jury, composé d'illustres dames ( oui, y a que des dames, mais de qualité, et puis c'est moi qui choisit! na !)de la blogosphère sera chargé d'évaluer les recettes. Originalité, réalisation, présentation seront les trois grands critères.
  • Votre recette doit être facilement reproduite , et raisonnable en coût. Inutile de recourir au caviar osciètre donc.
  • Vous avez jusqu'au 15 octobre pour envoyer vos recettes.
  • Le gagnant ou la gagnante se verra attribuer un prix surprise.

Je vous attend nombreux. Point n'est besoin de recettes compliquées, pensez surtout goûteux et à l'accord avec le vin.

Alors prêts?

Partez !

Le vin: Canon Fronsac, Chateau Canon Pécresse 2004,

Rouge, bordelais, propriété de la famille Pécresse, de 4,5 ha, le renouveau de ce vignoble vient d'une profonde restructuration.

Ce qu'on peut en dire: un nez profond de cerise noire, une pointe de menthol, un peu de tabac blond. La bouche est soyeuse, pleine de fruits rouges et noirs frais ( cerise, mûre, fraise, ...). Les tannins sont fins et élégants, ne masquent pas le côté charnu de ce vin. La fraicheur entrevue au nez persiste, et donne du relief au vin, qui en outre possède une légère amertume en fin de bouche. Rond sans être sans âme, puissant sans être body buildé, c'est un vin de caractère, mais aussi de race. L'élégance le caractérise assez bien.

vin rouge charmeur et puissant, mais avec une fraicheur bien présente.

Vous pouvez bien sûr vous rafraichir la mémoire en allant faire un tour du coté du tag " accords mets vins "

A vos casseroles !

16:00 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : vacances j oublie tout |  Facebook |