30/04/2008

Les vins trop alcoolisés?....

On observe cette tendance depuis qq temps,il n'est plus rare de trouver des vins à 14 ° ,voire au delà.J'en parlais déjà dans Gros coup de gueule...  mais je pense que la question mérite d'être approfondie.

D'abord,replaçons un peu les choses:pour obtenir du vin,il faut d'abord un raisin,gorgé de sucres(on estime que 17gr de sucres donne 1°).Il en faut ni trop peu,auquel cas on devrait avoir recours à la chaptalisation pour obtenir le ° min)ni trop.Auparavant,c'était souvent le problème numéro un qui se posait dans les régions dites "froides" ...de nos jours la chaptalisation (par ailleurs interdite dans certaines régions comme en Languedoc)recule et le problème s'inverse,les vins deviennent trop lourds,trop riches en alcool...

Il est vrai que l'oenologie(science de l'élaboration du vin) a fait d'énormes progrès .Pasteur,dont les travaux sur l'études des fermentations a aidé à cette démarche,n'en reviendrait pas.Des efforts énormes sur la sélection des porte greffes,des clones,sur l'étude de l'influence des terroirs ont étés faits.Petit à petit,on en est arrivés à maitriser totalement les vinifications(ajout de levures sélectionnées,cuves thermorégulées,vinif à froid ou chaud,macération pélicullaire,sulfitage maitrisé).On a aussi vu l'essor de certaines techniques comme la cryoextraction sélective(congeler les raisins les moins riches en sucre pour ne garder que les plus pourvus,c'est une sélection de la "meilleure matière première),l'osmose inverse,etc.

Toutes ces techniques ont favorisé la production de vins qui ne sont plus jamais vraiment imbuvables,en gén stables,etc.On n'a jamais produit d'aussi bons vins que maintenant,aussi réguliers.Le problème est que trop de technique tue la technique...La sélection naturelle qui s'opérait devient plus compliquée,car l'uniformisme à tendance à se généraliser.

Si les vins atteignent des degrés d'alcool élevés,c'est peut être la faute au changements climatiques,mais pas seulement.Prenons l'Afrique du Sud qui souffre actuellement aussi de ce problème,cela tient plus à l'évolution des pratiques oenologiques sur ces vingt dernières années qu'au climat réellement.Les clones et porte greffes sélectionnés ces dernières années dans les vignobles y sont probablement pour qq chose,en privilégiant des gros producteurs,faciles à mener et pas trop tardifs,il est facile de deviner que ceux ci acquièrent vite des maturités impressionnantes si les conditions s'y pretent.

Les levures sélectionnées sont de plus en plus performantes,elles bouffent du sucre à qui mieux mieux,en produisant pléthore d'éthanol!encore une fois les degrés s'envolent...

Autre plaie du monde du vin,cette tendance parkérienne,qui consiste à ne sélectionner que des vins body buildés,des Schwarzeneger en puissances,des monstres boisés et arrogants mais qui font se pâmer le gourou des critiques...Vous aurez compris que j'apprécie moyennement le personnage et cette espèce de goût unique qu'il défend même s'il s'en défend!L'avantage de ces vins c'est qu'ils sont tellement tout,qu'ils sortent forcément du lot en dégustation comparative mais ils sont en majorité imbuvables.Où est la finesse,où est l'élégance?Pour me faire une infusion de jus de planche,je ne passerais pas mon temps à acheter du vin.Certains donc,tentés de plaire à Maitre Parker,ont voulu pousser leurs raisins au maximum,au risque de déséquilibre ...Heureusement,on assiste à un retournement de situation,et à des vignerons qui veulent un retour à des vins buvables,digestes,et équilibrés.

Et le consommateur,lui,qu'est ce qu'il en pense?Est ce que ces vins trop riches ne vont pas finir par le détourner du vin,de la notion de boisson agréable qu'il contient(alcoolisée certes) pour le classifier dans les alcools durs.Qui a envie d'avoir la tête qui cogne après deux verres de rosé?

Les vignerons réfléchissent certains à court terme,comme ce vigneron qui élabore du rosé et le "déchaptalise"en y ajoutant de l'eau pour faire descendre les degrés(interdit normalement)(voir article revue des vins de France ,Bloc Note,Antoine Gerbelle numéro d'avril 2008).D'autres tentent la désalcoolisation par osmose inverse.(voir http://vignoblechos.com/rb1_view_last.php?rubrique=Rubriq... ).

Certains réfléchissent à plus long terme et essayent de sélectionner d'autres clônes,moins performants peut être mais plus adaptés à une production de vins normalement alcoolisés.Cette remise en question doit se faire de manière globale,en réfléchissant au vin de la vigne au verre,en passant par les vinifications.Si la technique oenologique peut être de grands secours,elle ne doit pas pour autant se substituer entièrement aux hommes,et à leur sensibilité.

 

20:45 Écrit par sandrine dans coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vin, trop d alcool |  Facebook |

Commentaires

Lecture intéressante!
bon 1er mai à toi!

Écrit par : dominique | 30/04/2008

Frelateurs et traficoteurs ... Tu le dis fort bien ! L'uniformisdation, c'est bien là ce qui tue les produits traditionnels. Une fois encore, tu m'en bouches un coin. Faut-il aujourd'hui être inconsidéremment intrépide pour oser déboucher une bouteille de vin ? "Auri sacra fames"?

Bien amicalement,
José

Écrit par : José | 01/05/2008

Merci pour ce billet très instructif. Je suis comme toi, je n'aime pas mr. Parker et ces vins aux hormones boisées. Dommage que beaucoup de consommateurs consomment comme des moutons, sans se poser des questions et qu'a force de ne pas ce poser de question au niveau de la nourriture, bientôt on mangera tous des pilules.

Écrit par : MARK | 03/05/2008

Les commentaires sont fermés.