31/07/2008

fait chaud........ drink list !

On est en été, c’est un fait, alors une petite drink list, ça vous dit ? Des vins sympas, à boire toute l’année, mais encore meilleur sur une terrasse, les pieds en éventails, un petit vent frais dans les cheveux, un serveur avenant, le soleil au zénith, et vous à l’ombre. Détendez-vous…vous y êtes ?

  • clairetteok.jpgParce que l’été, c’est rock, c’est pétillant, c’est frais… un bel effervescent comme une clairette de Die : on fait le plein de senteurs de muscat, vous savez ces petits fruits charnus et sucrés qu’on prend plaisir à croquer, et bien c’est ça, avec en plus des fines bulles qui viennent vous titiller les papilles.
  • juranconok.jpgParce qu’en été, il fait chaud, trop chaud et qu’on a envie de paresser, on se tourne vers les jurançons moelleux : confortables comme un hamac, un vrai vin de paresseux, on savoure l’exotisme de l’ananas et du fruit de la passion sans bouger de chez soi, qui dit mieux ?
  • imagesh.jpgParce que l’été, c’est les barbecues, les fêtes entre potes, on savoure un vin de loire rouge frais, comme un chinon : de la framboise, de la groseille, et une bouche veloutée. Et servi un peu frais, juste rafraichi dans un peu d’eau et de glace, hum!
  • vin-blanc.jpgParce que l’été, c’est la saison des amoureux, des moments à deux, on choisit de beaux vins blancs élégants et fins, comme des chablis. Une petite pointe saline sur la langue, des arômes d’acacia, de groseille à maquereau, de pêche blanche, une séduction subtile, mais sûre…
  • rose.jpgParce que l’été, c’est de toutes les couleurs mais surtout rosé, on choisit un marsannay, qui nous changera un peu des provence : des senteurs de cerise, de cassis, une bouche ronde et friande, un péché de gourmandise.

18:11 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : chaleur, vin, ete |  Facebook |

30/07/2008

Boum du rosé!

La consommation du vin rosé en France augmente sensiblement depuis quelques temps. elle passe d'environ 7 % des vins consommés à 21 %. Cette consommation en hausse est propre au marché français, à l'export on ne note pas de hausse aussi significative.

Alors pourquoi ce soudain regain du rosé qui était plutôt un mal aimé par rapport à ses homologues rouges et blanc?

Est ce sa réputation qui s'améliore, ou le matraquage marketing qui porte ses fruits ou encore cette image d'easy drinking qui lui colle à la peau?

Il est en vrai que de plus en plus, on cherche des produits immédiatement accessibles, faciles à appréhender et que de plus en plus, on ne cherche plus spécialement à faire vieillir des vins. Manque de place, difficulté de trouver ou de posséder une bonne cave, immobilisation de capitaux....

Les raisons de ne plus laisser vieillir les vins sont nombreuses. Et d'ailleurs nombreux sont les vignerons qui suivent cette tendance et vinifient en conséquence des produits immédiats sur le fruit, parfaitement friands dès leur premiers mois de bouteilles.

Ca ne veut pas dire que les vins d'aujourd'hui ne sont  plus aptes au vieillissement, juste que les habitudes de consommation évoluant, les pratiques oenologiques aussi...

 

11:55 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vin, rose, regain |  Facebook |

29/07/2008

La récap'

Voici les premiers accords vins mets, entrées et plats principaux.

Millefeuille d'Araignée de Mer à l'Avocat
Tartare de Granny smith aux fines Herbes
Glace de céleri - Vinaigrette légèrement anisée

Les pièges de cette recette? l'avocat,gras et puissant, qui a besoin de puissance mais pas de mollesse(évitons le sucre)

le céleri et l'anis: deux saveurs fortes et/ou piquantes

Il paraissait assez logique avec l'araignée de mer et la granny de proposer un blanc

Vin n°1 : Pinot gris, Alsace, Domaine Blanck Furstentum, 2004: c'est le moins bon accord, il s'agit d'un vin certes ample, mais aux notes trop sucrées et fruitées, il risque de paraitre mou face à l'avocat, il lui faut un peu plus de corps à corps, et le céleri risque de passer trop au dessus...


Vin n°2 : Champagne brut zéro de Drappier, 100% pinot noir: ce champagne,est assez pur, élégant, le pinot noir lui donne une certaine matière, il s'agit ici d'un accord de noblesse de produit (homa'rd et champ'), il peut être une bonne solution au gras de l'avocat en le gommant légerement de ses bulles...


Vin n°3 : Bandol blanc Domaine Tempier, 2005: le meilleur accord , le céleri, l'anis sont des goûts puissants, il faut donc leur répondre et si possible ds leur gamme d'accord sudiste, la glace et la granny donnent de la fraicheur, l'avocat du gras, exactement comme le vin qui étonne par sa structure dotée d'une belle minéralité et sa fraicheur, sans oublier qq notes de badiane et d'agrumes....un vin parfait puissant, équilibré, rond et intense, qui portera avec bonheur cette recette!

Brochette de homard breton servie dans un consommé glacé,
parfumé aux agrumes et à la Triple Westmalle

Le piège ici n'était pas tant le consommé aux agrumes (un blanc s'impose alors) que la bière triple (dur avec un blanc!)

Vin n°1 : Sauvignon, Malborough, Nouvelle Zélande, Cloudy Bay 2007: ce sauvignon aux arômes intenses d'agrume était l'accord moyen....parfait ss la bière, il devenait un peu léger avec;


Vin n°2 : Menetou Salon rouge, Henri Pellé, les Morogues 2005: un joli vin au beau fruité, pas trop tannique,qui laisse s'exprimer les agrumes sans se laisser bouffer par la bière. De plus, on peut le servir frais (15-16°), et privilégier ainsi l'accord gourmand sur le fruit...l'accord le plus réussi!


Vin n°3 : Saint Chinian, rouge, Canet Valette, les 5 vignes 2006: trop de tannins tue le tannins, attention à l'amertume naturelle de la bière et des agrumes qui risquent d'être exacerbée par ce vin puissant, tannique, riche...un peu trop robuste pour la chair délicate du homard....le moins bon accord!

Tarte tatin au foie gras

un classique, le foie gras est toujours difficile à accorder parce que ds foie gras, il y a gras...il faut donc apporter un maximum de fraicheur,mais aussi de rondeur pour ne pas passer en dessous...le sucre est permis à condition d'être maitrisé!

Vin n°1 : Pacherenc de Vic Bilh, Laffont, 2005:le meilleur accord, ce vin possède une belle acidité malgré sa structure sucrée et révèle les arômes du foie ss les masquer ou les rendre trop lourds....ils s'épaulent mutuellement


Vin n°2 : Rhubarbe sparkling, vin de roisin: étonnant? et pourtant il arrive en deuxième place, ce vin très bien fait est au niveau d'un excellent crémant, voire d'un champagne....pomme et rhubarbe s'acoquinent, et se répondent plutôt bien,les bulles viennent titiller et rafraichir le palais; sa structure permet de soutenir le plat...joli moment...


Vin n°3 : Sancerre, Vincent Pinard, cuvée Florès 2006: ce vin très minéral, au potentiel acide affirmé, est un peu trop aérien pour soutenir le foie gras et s'évanouit en sa compagnie, ne laissant que l'ossature du vin....le foie gras le met à nu, complètement...le moins bon accord

Asperges aux aromates et au ras-el-hanout
Œuf mollet frit

ici tout était piège, tant les oeufs frits ( dons demandant un peu plus  de rondeur) que les asperges et surtout les épices!!!

Vin n°1 : Roussette de Savoie, Vullien 2007:l'accord moyen, avec les asperges,son coté aromatique soutient la puissance, son léger perlant rafraichit les épices, le végetal des asperges rencontrent la minéralité, ce qui les met en évidence....manque peut être un peu de puissance pour l'oeuf mollet frit, le vin risque de passer un peu en dessous( manque d'un peu de gras)


Vin n°2 : Muscadet Sèvre et Maine, Domaine de l'Ecu - cuvée Guy Bossard, 2006:juste ce qu'il ne faut pas, trop vif, trop nerveux, il fera ressortir le coté végétal des asperges; les épices vont le dépouiller(manque de rondeur) et l'oeuf frit va finir de l'achever...le moins bon accord


Vin n°3 : Porto seco blanc, Quinta de Heredias:accord insolite à plat original;le plus joli mariage...il possède la puissance qui manquait un peu à la roussette, de plus ses notes oxydatives de fruits secs finiront de donner à ce plat toute sa dimension....et les asperges seront magnifiées, avec toutes leurs épices, qui trouvent du répondant et de la fraicheur.

Carpaccio de thon au gingembre,
Quelques légumes et vinaigrette à l'orange
 

Un match interrhône pour ce dernier accord.Le piège: le gingembre!!! 

Vin n°1 : Saint Joseph blanc, Villard, Lyseras, 2005: les saint joseph de chez villard sont des vins amples, gras, puissants, auxquels un bon nombre de superlatifs peuvent s'appliquer.Il manquera certainement ici d'un peu de simplicité et jouera un bras de fer épique avec le gingembre d'où le gagnant sera certainement une montée de l'impression de chaleur due à l'alcool. Un peu too much pour ce plat...Un accord moyen


Vin n°2 : Vin de Pays des Collinnes Rhodaniennes, Sotanum, 2005:out pour cause de gingembre, qui a tendance à devenir très piquant, à exacerber le côté chaleureux du vin rouge ( syrah) , et ses tannins...


Vin n°3 : Vacqueyras blanc, le Sang des Cailloux, 2006:Le meilleur car il possède à la fois force et élégance, mais tout en retenue...Le thon appele naturellement un vin à la fois avec un peu de gras, mais aussi une belle fraicheur. La vinaigrette à l'orange, un peu de douceur et d'acidité, les légumes du croquant...le plat est finalement assez demandeur d'un vin qui saura lui répondre ss l'écraser...le côté sud de ce vin ,des raisins muris au soleil ,plaira au gingembre.un accord de vacances presque, solaire et élégant

Magret de canard en fine croûte épicée
Semoule aux pommes et aux raisins

Accord parfait :La grange tiphaine,montlouis demi sec,clé de sol,2006 :Pourquoi ? Parce que le plat est dans le registre du sucré salé, que les épices appelent plutôt un vin blanc pour rafraichir l’ensemble, mais pas sec .Un montlouis demi sec est la bonne option car il permet de rester en harmonie avec le plat en jouant sur fraicheur rondeur et accord sucré salé.

Accord moyen :Domaine Gavotty,côtes de provence, cuvée clarendon 2005 : un rosé comme celui-ci est une sorte de pis aller, les épices ayant tendance à écraser un peu les arômes du rosé.Un accord intermédiaire qui joue sur la fraicheur.

Accord improbable :Chateau Bonnet, entre deux mers, 2006 : ce vin sec et tendu est trop rectiligne et manque de profondeur pour soutenir le plat.Râble de lapereau
Tartelette de Herve
et jus à la Valdieu triple

Accord parfait :JB sénat, Minervois, le bois des merveilles 2004 : Qui dit Herve et valdieu dit d’office un vin puissant pour pouvoir être à niveau question arômes. Le côté très gourmand de ce vin malgré sa richesse, sera souligné de même que ses notes de forestières (champignons, etc) et giboyeuses.Très bel accord

Accord moyen :Domaine très cantou,gaillac,cuvée 100% duras,2006. Pas trop de puissance pour cette cuvée, mais une alternative acceptable, des tannins fins et pas trop rugueux, de la fraicheur en finale.Manque peut être un peu d’ampleur face au herve.

Accord improbable :Domaine des Huards,cheverny rouge, 2005 : trop léger, le vin passera complètement en dessous du plat, il sera tué…

 Chaud et froid de loup rôti aux petits
artichauts violets et citrons confits
                                                              Accord parfait : Ott, côtes de provence,clos mireille 2005 :senteurs de provence, de cuisine du sud, donc accord régional parfait.

Accord moyen : Dauvissat, chablis, forêts,2006 : la minéralité du chablis peut se marier assez bien au plat  mais manquera  certainement d’un peu de gras, pour soutenir le tout

Accord improbable :Domaine Labranche-Laffont,madiran, vieilles vignes 2004 : rouge, tannique, puissant, assurément l’inverse de ce qu’il faut : recalé !     Filet de pintade fermière et crème de Lapsang souchong
Pomme de terre aux arachides
Petits légumes printaniers.
Le match bourgogne !

Accord parfait : JM Vincent, Auxey Duresses blanc 2003 :pour ce vin de caractère, passé en fûts et à la présence fumée vanillée marquée, le thé semble n’être là que pour lui. De plus, le gras des arachides demande une certaine stucture, une certaine assise que lui offre ce vin à la fois terriblement plein rond et séducteur et élégant…

Accord moyen :domaine parize, givry blanc ,les champs nalot,2005 :joli vin, le givry tout en délicatesse souffrira de l’arachide qui endormira ses arômes subtils, néanmoins l’accord pintade et crème au thé peut fonctionner.

Accord improbable : Domaine du château de Prémeaux, aligoté ,2007 : trop vif, trop léger, c’est plus un vin d’apéritif.Plat trop complexe pour lui.   

Magret de canard en écailles de chorizo
Sabayon de poivrons doux
P'tite ratatouille et pommes de terre anisées
 

 Accord parfait : Domaine Arretxea,irouléguy, cuvée haitza,2004 : Accord régional une fois de plus, avec les chorizo et poivrons, ainsi que l’anis. Le pays basque ds toute sa splendeur s’offre à nos papilles émoustillées. Un grand moment.

Accord moyen :Château Revelette,coteaux d’aix ,le grand rouge ,2002 : un peu moins régional, mais toujours dans l’idée sud, un beau rouge qui se lovera avec les poivrons et la ratatouille contre le canard et le chorizo, mais pourrait voir son côté chaleureux accentué par l’anis…Entre deux

Accord improbable :Domaine Bott-geyl, pinot noir d’alsace,2006 : trop nord, donc trop léger, pas assez de corps ni de puissance pour tenir la distance. Pas d’épices, que du fruit, ces deux là ne parlent pas le même langage.

13:06 Écrit par sandrine dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

28/07/2008

dernier corrigé et résultats !

 Voici donc la fin de ce jeu interblogs, j'espère que vous aurez pris autant de plaisir à participer que moi à chercher les accords. C'est l'heure des merci, donc merci mon philou, d'avoir accordé un peu de ton temps et de ton blog pour trouver des recettes toutes plus alléchantes les unes que les autres.

Merci aux courageux participants, qui se sont attelés à la recherche des accords vins mets,je dois bien avouer que ce n'était pas toujours facile....

voici donc le dernier corrigé:

Tartelette au chocolat noir et à l'eau de fraise

Salade d'herbes et sweet vinaigrette

Tartare de fraises aux mille senteurs

 

Meilleur :domaine de pouderoux maury  vintage 2006:le chocolat et le maury forment un accord classique, la présence de fraises renforce cette alliance. Il faut à la fois puissance et douceur, force et sensualité pour accompagner ce dessert. Le maury est donc le parfait compagnon, d'autant qu'il ne souffrira pas des herbes qui lui apporteront un peu de fraicheur.

Bof : domaine mas jullien, carthagêne 2005: puissance et douceur, pas de doute , il les a. Le problème réside dans la gamme d'arômes, qui n'est pas comme le maury sur les fruits rouges, mais est ici plus tournée vers les fleurs, le miel, et les fruits jaunes. Néanmoins, un accord honnête.

Improbable :dopff au moulin, carte noire, crémant d’alsace : bulles et chocolat, mariage plus que périlleux à réussir, le côté très brut du vin aura tendance à "casser" le chocolat. A oublier....

 

 

 

Crème glacée « Bounty »

Mousse de banane et Fricassée d'ananas « Marie-Galante »

Compote de noix de coco

Meilleur : Villard, condrieu,deponcins 2006: des notes exotiques , une grande fraicheur, de la puissance et une belle longueur permettront de répondre sur le mode sucré-exotique du plat sans rajouter du sucre qui alourdirait l'ensemble. Attention à la glace, le seul vrai problème de ce plat. La manger avant de goûter le vin anesthésierait les papilles, mieux vaut donc terminer la dégustation par elle.

Bof : Père Labat, rhum paille accord régional, donc évident? Il s'agit quand même de rhum, donc d'un taux d'alcool assez élévé. Peut être paraitrait il un peu lourd sur le dessert, trop monumental.

Improbable : Duboeuf,  beaujolais primeur 2007: petit clin d'oeil aux arômes de banane tant cités dans le beaujolais. Mais pas d'accord possible, ananas, coco  et vin rouge ne feront pas bon ménage.

 

 

 

Risotto à la Rose de Damas et aux Lychees

Coulis de mozzarella - Quelques épices fleuries

 

Meilleur : Domaine Faller Gewurtzraminer , cuvée laurence 2004: rose et lychées, porte ouverte à un très bon gewurtzraminer dont ce sont des arômes typiques. Celui ci ne contient pas trop de sucres résiduels, donc n'alourdira pas le plat, répondra en douceur à la mozarrella...

Bof : domaine des huards, cour cheverny, cuvée tendresse 2005: le romorantin est un cépage peu connu, mais qui produit des délices bien vinifié. Nous avons ici un joli demi sec, qui avec ses aromes floraux séduira par sa délicatesse.Le plat étant assez fin , celà devrait bien convenir.

Improbable ;  château de Creyssels, picpoul de pinet 2007: vif, nerveux, assez sec, il va se heurter trop violemment à la rose et aux lichees, et brutalisera la mozarella, .

 

 

 

Crème renversée au caramel de Morilles

 

Meilleur : Tissot, vin jaune, 1999: un plat assez original et un peu compliqué. Néanmoins, les champignons donnent la piste à suivre. Le vin jaune, habitué des mariages morilles, devrait former un accord assez sublime, le moelleux de la crème, et la puissance subtile du vin, les arômes de noix et de fruits secs du vin apportant une dimension supplémentaire au plat.

Bof :  domaine des fils Maye , paien , franc tireur, 2005 (suisse):plus original encore que le jaune, un vin à la fois d'une grande pureté, riche mais sans excès et aux notes d'amande, de noisettes,qui formerait une jolie solution de "repli".

Improbable : Domaine d’escaravailles, c d r rasteau, 2006: un vin rouge sec bien trop puissant, qui va écraser les saveurs du plat. Les tannins et la crème ne sont pas les meilleurs amis.

 

 

 

Gelée de citron/fenouil

Sorbet de framboises/poivron rouge

Tuile croustillante orange/cumin

 

Meilleur  Lafont, pacherenc de vic bilh, 2005: de l'anis, du cumin  pour le sud,du citron , de l'orange , du poivron pour la fraicheur. Des framboises pour la touche sucrée. quoi de mieux alors qu'un vin qui réunit toutes ces qualités. L'avantage du pacherenc, c'est qu'on a le moelleux avec la fraicheur, l'exotique des arômes continuera l'ambiance presque marocaine de ce plat.

Bof : Roisin, vin de coing, 2004: un peu dans le même esprit que le pacherenc, un vin de coings doux mais avec pas mal de fraicheur, peut être trop austère et pas assez expansif pour les arômes virevoltant du dessert.

Improbable : Manoir des têtes rouges, saumur rouge, tête de lard 2006: l'anis aurait déjà tendance à griller le rouge, et le citron finit de l'enterrer. Le plat est un peu trop en fraicheur exotique pour ce vin, ils ne parleront jamais le même langage.

Donc je suis sûre que maintenant, vous n'y tenez plus, vous voulez connaitre les résultats....

And the winner is: 

         Mark

 

Mark, bravo, tu as réalisé un superbe parcours, et je voulais souligner aussi la très belle performance de Tiusha, qui a malheureusement échoué à deux points de la première place.  Tiusha, ça s'est vraiment joué à très peu.

Pour tous les autres participants, je vous enverrai vos résultats individuels par mail si vous le désirez.

 

27/07/2008

Psssst, les gourmands..Par ici......

Au gré de mes balades gourmandes et bloggesques, j'ai eu un coup de foudre pour ce gâteau....

http://unecuillerepourpapa.blogspot.com/2008/07/gteau-mar...

Assez facile à réaliser, me semblait il et donc parfait pour moi.

J'ai suivi la recette, ma seule modification a été d'y adjoindre des raisins secs trempés préalablement dans du rhum.

IMG_2155

Verdict: trés simple à faire, savoureux, parfait pour un quatre heures gourmand, ( n'est ce pas Ugo? ),

IMG_2003

 pour les petits avec un verre de lait, et pour les grands avec une bonne tasse de café...

Merci Marie France !

25/07/2008

La question de Logorrhée

Pour répondre à Logorrhée, qui me posait la question suivante,

"Un jour quelqu'un a tenté de m'expliquer la pourriture noble (en passant dans les vignes de monbazillac, vin que j'aime à la folie...) mais j'avoue ne pas avoir tout bien retenu "

 il fallait bien un peu entrer dans les détails. En effet, en France il existe beaucoup de vins moelleux ou liquoreux, mais ils ne sont pas tous élaborés pareils. ce serait plus simple, me direz vous. Mais s'il existe plusieurs méthodes, c'est d'une part dépendant des conditions climatiques et aussi des avantages que l'on peut tirer.

Alors on récapitule: un vin, c'est transformer le sucre naturel contenu dans des baies de raisin en alcool, par la fermentation. Elle transforme à l'aide des levures ce qui n'est au départ qu'un banal jus de fruit, en un produit alcoolisé. Jusque là, rien de compliqué. Pour obtenir un vin sec, on a besoin de 17 gr de sucre par degré d'alcool. En général, récolter à maturité ( vers août septembre) permet d'obtenir ces vins là.

Comment fait on pour avoir un vin sucré alors? On n'y ajoute pas de sucre ou de miel, on compte sur la nature et on laisse les baies de raisins sur la vigne encore un peu. On a donc des vins surmaturés, les baies sont gorgées d'eau mais aussi de sucres et de pleins d'éléments aromatiques.

Parfois, si l'on se trouve dans une région comme Sauternes, Barsac, etc, les conditions climatiques et de terroirs permettent l'apparition d'un champignon.

Attention il ne s'agit pas ici de la pourriture grise, que redoutent les vignerons !

Le champignon magique, celui qu'attendent impatiemment les vignerons, se développe dans des conditions d'humidité et de températures douces, comme tous les champignons.Il lui faut une alternance de douceur et d'humidité. A sauternes, par exemple, l'influence du Cirons ( cours d'eau) est primordiale. 

 Le botrytis Cynéréa( oui c'est son petit nom, pour les intimes on dit juste le botrytis)  a pour propriété d'attaquer à la fois la pulpe  du raisin et sa peau qui devient brun violet et se ride. C'est là que le petit miracle se produit, l'eau encore contenue dans le raisin ( en fait une de ses principales composantes) va s'évaporer, les sucres vont se concentrer, et d'autres modifications vont amener un jus de raisin banal à un jus trés sucré qui peut dépasser allégrement les 400 mg / l.

Les deux problèmes du botrytis cynéréa, c'est d'abord qu'il n'apparait pas chaque année, et aussi que quand il veut bien pointer le bout de son nez ( museau, spore? ) il n'apparait pas en même temps sur toutes les baies d'une grappe. Ils faut donc récolter les raisins en plusieurs fois, on appele ça les tries, pour uniquement cueillir les fruits qui sont " à point". Parfois ça peut impliquer jusqu'à dix passages dans les mêmes vignes.Il faut être patient ( ça peut s'étaler sur plusieurs semaines) et minutieux. C'est une des raisons qui rendent ces vins si chers.

Comment n'a t on pas des vins plus alcoolisés? Et bien parce que au bout d'un certain degré, les levures déclarent forfait, elles ne savent plus travailler.elles sont " endormies " par l'alcool.  Le sucre qui est encore contenu dans le vin partiellement fermenté devient alors sucre résiduel.

L'intérêt de ces vins botrytisés?  Au niveau arômes, on obtient des vins d'une richesse aromatique assez impressionnante. C'est principalement dû aux transformations générées par le champignon sur les baies. Contrairement à ce qu'on pense, ces vins ont un potentiel acide trés affirmé. Il leur faut bien ça, pour être buvables, sinon imaginez boire un verre de miel? ! Juste impossible. L'acidité et le sucre sont aussi de magnifiques conservateurs et expliquent que ces vins peuvent tenir des décennies.

D'autres régions susceptibles d'accueillir le botrytis? le Sud ouest avec   le monbazillac, la loire avec les coteaux du Layon et certains vouvrays, l'alsace.

Mais comment fait on quand ce foutu champignon ne veut pas se montrer?

Et bien, on emploie une autre méthode, le passerillage.

Le but est de faire sécher les raisins afin de les concentrer en sucre.Juste assez mais pas trop. N'essayez pas de faire du vin avec des raisins de corinthe, ça ne marchera pas. On peut au choix : passeriller sur pieds ( direct sur la vigne, en tordant les grappes afin qu'elles ne reçoivent plus d'alimentation ), ou faire ça en caissettes. On récolte des raisins surmûris, et on les étale précautionneusement dans des caissettes en bois. Et on attend.

Le vin de Paille, est élaboré de cette façon,les raisins sont soit mis à sècher sur de la paille ( d'où son nom) ou suspendus sur des fils.

Hors france, on trouve aussi le vin de glace. Celui ci provient de baies gelées, récoltées à des températures inférieures à - 8 °.Pas de botrytis ici, juste de la surmaturation. Cela permet d'obtenir des jus trés concentrés en sucre. Trois pays en produisent, l'Autriche, l'Allemagne et le Canada.

Voilà, j'espère avoir un peu éclairci le problème des vins naturellement doux....

17:19 Écrit par sandrine dans Questions-réponses | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : liquoreux, vins moelleux |  Facebook |

interagissons (2)

La semaine dernière, je vous parlais d'une nouvelle rubrique où une fois par semaine, je vous laisserai la possibilité de m'envoyer vos questions sur les vins, les accords, une région, une appelation, bref ce que vous voulez qui gravite autour du vin.

Je vais donc répondre cette semaine aux premières questions:

D'abord, celle de thomas     qui n'est pas un mec marrant, mais qui aime le vin et la cuisine, alors on lui pardonne.

Quel vin aveyronnais est pour toi digne d'intérêt ?

D'abord, l'aveyron, fait partie de la Région midi Pyrénées.Pour ce qui concerne les vins,ils sont classés en région sud ouest et  on y dénombre plusieurs Vdqs, mais ceux ci ne sont pas vraiment dignes d'intérêt.  Une seule AOC, Marcillac. celle ci peut produire des vins assez rugueux et tanniques, si son cépage caractéristique, le Fer servadou ( localement appelé mansois), n'est pas bien maitrisé.D'autres cépages connexes: cabernet franc, et cabernet sauvignon, merlot....Le vignoble de Marcillac date certainement de l'époque galloromaine et doit son expansion à l'abbaye de Conques ( d'ailleurs classée à l'unesco). Pas de blancs à Marcillac, uniquement des rosés et rouges.

Domaine du Mioula: Les terre roses en rosé est à signaler, le reste de la gamme est assez moyen.

Domaine du Cros:lo sang del pais est un marcillac plus facile et sur le fruit, les vieilles vignes ont plus de matière.

Domaine Laurens :surtout pour sa cuvée " les flars", 100% fer, le domaine en général est assez uniforme quand à la qualité des vins produits.

On parle ici des rouges et rosés, pour le blanc, c'est un peu plus compliqué, soit on se tourne vers des vins de pays ( comme chez Mioula, en chardonnay), ou alors on fait quelques kilomètres et on s'approvisionne à Gaillac, dans le Tarn.

Deuxième question de philou , le rambo liégeois:

Le meilleur des champagnes dans un gobelet en carton ou dans un verre à coca nous fera à tous paraître de divin breuvage pour de la vulgaire piquette, nous sommes tous d'accord mais quand on voit dans les magasins spécialisés dans l'art de la table ou chez certains cavistes (tiens, tiens !) qu'il existe quasiment un type de verre par vin, n'est-ce pas exagéré. La forme du verre influence-t-elle tellement la dégustation. Je ne boirais jamais un Cahors dans une flûte à champagne mais pourquoi pas un riesling alsacien dans un simple verre à vin blanc. N'est-ce pas d'abord du marketing avant un vrai problème de dégustation?


En fait, on devrait pouvoir et ce serait probablement mieux de goûter tous les vins dans le même type de verres.On peut ainsi mieux les comparer et éviter les différences inévitables engendrées par le contenant. Du moment que l'on respecte certaines règles de base, comme une forme tulipe, un verre transparent, pas trop épais, un pied pas trop court, ... En gros, un verre INAO. C'est vrai qu'on a développé toutes sortes de verres sur le marché, mais c'est à mon sens inutile d'investir là dedans, il vaut mieux s'offrir de bons indispensables. Un tire bouchon sommelier solide et sobre, une carafe, un seau et un set de verres de  type universel.

Si le vin a besoin d'aération, on le passe en carafe. Pas besoin ainsi de prendre d'autres verres, plus larges ou que sais je... Le plaisir de la dégustation ne changera pas.

Pour les riesling alsacien, par pitié, on ne boit pas ça dans un verre à alsace, c'est montrer bien peu de respect à ce vin en le servant dans un verre qui n'a d'autre fonction qu'un but folklorique.

Si vous voulez en savoir un peu plus, voici un lien http://vinsetgourmandises.skynetblogs.be/post/5776303/que...

Troisième question, celle del ogorrhée  . Un peu ardue pour y répondre en quelques lignes, elle fera donc l'objet d'un post à part.

 

Vous avez envie de participer....Comment faire: c'est très simple. Soit via les commentaires de ce post, soit via mon mail( la boite d'envoi est à droite). Je répondrai la semaine suivante, et ainsi de suite.

N'ayez pas peur, toute question sera bienvenue, et ne pourra que nous enrichir mutuellement...

15:18 Écrit par sandrine dans Questions-réponses | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : verres, marcillac |  Facebook |