27/10/2008

Le prix et le vin

Je n'arrive pas à mentir. Je dis ce que je pense. Parfois trop vite, sans réfléchir. Je l'ai encore éprouvé cette semaine au magasin. Un client entre. Il me demande à combien se monte le prix d'une bouteille d'un grand liquoreux français bien précis.

Du tac au tac, les mots m'échappent: "Beaucoup trop cher."

Le client me demande de répeter. Je m'exécute. il proteste." C'est moi qui paie "me dit il. Je suis tout à fait d'accord avec ça. Je vérifie le prix. 500 euros l'unité.

Je persiste à penser que c'est trop. Lui ne comprend pas.

Je lui donne mon point de vue. Pour moi, le vin, ce n'est pas un produit, ce n'est pas un objet mercantile. C'est quelque chose qui se boit. Qui donne du plaisir. que l'on partage. A ce prix là, on dépasse toutes ces notions, pour entrer dans un concept très différents. La collection, l'oeuvre d'art.

Ce monsieur me dit ne boire que de grands vins.

J'imagine qu'il se positionne par rapport à leurs prix. Pour moi, le rapport est différent. un grand vin, c'est une bouteille dont je ressort émue, ayant appris ou désappris quelque chose, un souvenir au palais.

J'ai goûté de grands noms qui n'étaient que des petits vins, et l'inverse est vrai aussi.Parce que je m'intéresse d'abord à ce que contient le flacon.Il est indéniable que l'étiquette influence, mais le fait de ne se fier qu'à elle fausse tout rapport amoureux ou sensuel au vin.

Soyons clairs. Un vin, pour être honnete à mon sens, doit respecter le consommateur. Il est évident que le prix de vente du vin doit couvrir les frais du vigneron, et lui permettre de gagner correctement sa vie. Mais quand je vois certains grands chateaux, leur coût estimé de production, sur des domaines vastes ( donc pourvoyant un certain nombre de bouteilles), et leur prix de vente.... Je m'interroge.

Pour quoi prend on le vin?

Si des gens sont prêts à mettre le prix, il est évident que cette pratique là ne changera pas.

Mais mon plaisir ne résidera pas dans ces vins là.

23:05 Écrit par sandrine dans coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : les prix du vin |  Facebook |

Commentaires

Suis pas tout à fait d'accord ! Je comprends bien que le prix n'est certainement pas le critère idéal pour juger de la qualité d'un vin ! Mais pour moi 5 € pour de la piquette me parait trop cher si je suis d'accord pour mettre 100 € pour du rêve. Le problème reste de donner une définition au mot rêve lorsque l'on parle de vin. J'imagine pour toi que cela se concentre autour de la qualité. Mais je peux imaginer aussi que le rêve peut être le nom, le packaging, la réputation ! Et tout cela se chiffre aussi ! Je me souviens d'une discussion avec Laurent autour du Dom Ruinart. Si je me souviens bien pour lui lors d'une dégustation, il en était ressorti bon dernier. Pour moi,le Dom Ruinart reste, à mes yeux,le summum du raffinement etje reste prêt à mettre le prix pour acheter une bouteille! L'intérêt n'est simplement pas au même endroit !
Bises

Écrit par : Philou | 28/10/2008

Philou pluds j'avance , et plus je sais ce que je cherche. Du plaisir, de l'émotion. Pas des noms qui claquent. Pas de l'esbrouffe. Et quand on arrete de faire du vin pour faire du marketing, ça m'agace. Je peux comprendre d'une certaine façon, mais je ne cautionne pas.

Écrit par : sandrine | 28/10/2008

Sandrine, Il suffit parfois de gagner le prix du meilleur vin lors d'un salon à Bruxelles, pour que les prix de la bouteille doublent. Moi aussi je me méfie, mais je dois t'avouer que j'hésite à acheter en dessous de 7 euro une bouteille. J'ai peut-être tort, mais celà me rassure un peu, car en-dessous je me demande toujours si c'est clean.

Écrit par : mark | 28/10/2008

Coup de coeur...pour ton post ! Tombé par hasard sur ton blog, je suis diectement charmé par ton coup de gueule...que je partage entièrement ! Beaucoup de vins sont tout simplement surestimés et trop chers. Récemment, après une verticale de Châteauneuf Beaucastel et de grands Bouchard bourguignons (excellents, au demeurant, mais à quels prix !), j'ai eu un coup de foudre... pour un "petit" gaillac à moins de 5 euros ! Emotion, tout simplement. Et ça, ça n'a pas de prix. D'ailleurs, peut-être que tout n'est pas toujours dans la bouteille, c'est parfois aussi à côté de la bouteille : un vin est souvent meilleur, même "objectivement", partagé avec des gens qu'on apprécie et qu'on aime... Je pense que c'est ça la magie du vin ! Quant aux buveurs d'étiquettes, et Dieu sait si j'en ai rencontrés (comme ton client vraisemblablement !), et bien c'est tout simple : je les invite à goûter avec moi à l'aveugle. L'exercice est souvent (toujours ?) impitoyable et édifiant. Alors merci pour ton coup de gueule...émouvant. A bientôt. Savagnin

Écrit par : Savagnin | 29/10/2008

Et alors , il l'a achetée cette bouteille ???
Nous avons un coup de coeur pour la maison Sébastien Magnien en Bourgogne . Ils font un Hautes Côtes de Beaune excellent ( 10 € la bouteille) . Nous le trouvons à la foire des vins de Floreffe . Mais je ne sais pas chez qui nous pouvons le trouver ici .

Écrit par : valérie | 02/11/2008

savagnin, val @savagnin:et bien merci, c'est tjs agréable de trouver des gens qui partagent votre vision des choses...
@val:non, pas chez moi en tous cas...
je vais chercher

Écrit par : sandrine | 02/11/2008

Séb. Magnien Si cette adresse est toujours valide, tu peux toujours lui envoyer un mail :
seb.magnien@yahoo.fr. Il devrait savoir qui disribue ses vins en Belgique.

Écrit par : Savagnin | 02/11/2008

savagnin merci ;)

Écrit par : sandrine | 02/11/2008

@savagnin merci pour l'info

Écrit par : valerie | 04/11/2008

Ca me rappelle les discussions avec les ingénieurs agronomes salariés d'une grande interprofession vitivinicole française pour laquelle je bossais qui me disaient qu'au delà de 150 FF la bouteille, en 1997, sauf exception, on sortait du rapport coût de production/qualité pour tomber dans la spéculation... Déjà à cette époque...

Écrit par : Emmanuel | 05/11/2008

le juste prix Bonjour Sandrine, sujet intéressant, je suis un peu comme toi, je me balance des étiquettes, et j'ai donc du mal à comprendre Philou. La dégustation à l'aveugle remet souvent les pendules à l'heure.

Par contre, en dessous de 6 euros, en Belgique, on peut sans doute trouver des choses buvables, mais faut pas trop chercher la présence de raisin et faut aimer les pesticides ...;-).

J'en ai un peu ras le bol de ceux qui mettent le rapport qualité prix toujours en avant, cela fini chaque fois à faire des concessions sur la qualité ...

Enfin, si je ne suis pas trop sensible aux grandes étiquettes, le contexte à quand même beaucoup d'importance pour moi. Je ne peux plus inviter à ma table régulièrement les vins d'un vigneron dont je n'apprécie pas les pratiques.

bonne continuation

Laurent

Écrit par : LaurentVinature | 07/11/2008

@Laurent Passer de blog en blog est souvent passionnant...et payant. Laurent, ton blog est également extrêmement intéressant (PUB !!!). C'est vrai que la qualité d'un vin passe par les pratiques du viticulteur. Mais l'on sait si peu de choses à ce sujet, le vin bénéficiant notamment d'une dérogation lui évitant de devoir afficher tous ses composants ! De même, comment connaître la qualité biologique d'un produit...sans savoir comment il a été réalisé précisément ? C'est sans doute d'ailleurs le débat du futur : que boit-on (ou mange-t-on) réellement... et à quel prix ? ;-)

Écrit par : Savagnin | 08/11/2008

Les commentaires sont fermés.