24/07/2008

Des chemins tortueux...ou pas

Souvent, j'aime à consulter les mots clés pour voir comment vous arrivez ici et parfois c'est assez surréaliste. En voici quelques uns....

pourquoi j'ai des palpitations:                je sais pas, mais peut être vaudrait il mieux consulter?!

un blog sensuel ou trouvé des fraises et du champagne    bon, en fouillant bien, on doit pouvoir trouver tout ça ici, mais je ne suis pas sûre que ça convienne, allez savoir pourquoi...

contient des sulfites neurones première partie ok, c'est sur le neurones que j'ai un doute

sensualité skynet blog: c'est officiel, c'est l'été, il fait chaud( heu?), les gens sont énervés

cochons: les animaux ou bien? et puis tout est bon dans le cochon.... rien à voir ok, mais comment on atterrit sur un blog vin, en tapant cochons, hein? comment?

brunes amoureuses : raté, je suis blonde comme les blés !

chicha à huy: la drogue, c'est maaaaaal! non mais,!

vin suisse manger: non non, le vin suisse c'est mieux de le boire

rond bedon liège: pas suivi là, liège ok, mais rond bedon? je m'interroge

blog sexy et sensuel:c'est confirmé, les gens sont très très énervés

moulage du sein de la pompadour:mais qui peut chercher ça?

un vin poli:on ne répetera jamais assez l'importance de la bonne éducation, et les vins ne font pas exception (sic).....

17:32 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : humour, mots cles |  Facebook |

22/07/2008

Le corbeau, sur son arbre perché, tenait dans son bec, un....

Et une soirée fromage de plus.... Chez nous, on ne se refait pas, c'est une tradition et une bonne occasion de travailler à vous trouver de jolis accords vins. Vous connaissez mon sens du sacrifice? !

Les vins:

  • IMG_2177un vin blanc sec: baumart, vert de l'or, vin de table 2001, cépage verdelho, : seule parcelle de verdelho en France ( test de l'Inra), ce vin est marqué par un nez trés floral. La bouche est sur le coing, le safran avec une finale longue et fraiche.

 

 

 

 

IMG_2180

 

Blanc moelleux: les vendanges dorées, gaillac, domaine d'escausses, 2005. Des notes exotiques au nez, une bouche plus construite sur la puissance que sur l'élégance, un peu de kumquat confit, de l'ananas, du miel.

 

 

IMG_2175

En rouge; le mas d'aimé, vin de table 2000, la vieille bataille, 100% carignan, ce vin désormais à son apogée présente des notes de fruits en confiture, et de pruneau. Une bouche légerement évoluée sur le tabac blond et des tanins fondus.

 

 

 

 

Les fromages en présence:

  • salers affiné 18 mois
  • ossau iraty
  • selles sur cher
  • st félicien
  • bleu des causses
  • ami du chambertin
  • bottera paglietina:deux laits brebis et vache
  • marcaire des vosges

IMG_2166

selles sur cher: le rouge n'est vraiment pas à son avantage, oublions !

Le blanc sec est un accord tranchant, des acidités nerveuses se répondant, un accord tout en légereté.

Le moelleux n'est pas trop mal, mais un poil trop sur le sucre pour être vraiment au top.

 

IMG_2167

 

Le salers: un grand bravo au blanc sec, les arômes de noisette et de torréfaction du fromage sont soutenus par le vin. Le gras est un peu gommé par la fraicheur du vin. Accord vraiment sympa.

Le moelleux s'accomode du fromage, sa puissance lui permet de le concurrencer, mais les épousailles ne seront pas harmonieuses.

                                       Le rouge est à oublier: il fait ressortir une certaine amertume au fromage, pas trés agréable....

IMG_2168

Le marcaire des vosges: l'aacord incontournable se fait avec le blanc sec, la rondeur du fromage demande un peu de vivacité pour ne pas s'avâchir....

                                       Le moelleux: est un accord passable, en raison de sa puissance, il surpasse le gras du fromage, mais manque de fraicheur.

                                       Le rouge: ouille ! Tanins et fromages moelleux, ne réagissent pas trés bien. Des goûts métalliques se profilent. Déception !

IMG_2170

Bleu des Causses: l'accord évident se fait avec le moelleux, le sel et le sucre se rencontrant avec bonheur.
Par contre, un accord étonnant, avec le blanc sec qui donne l'impression d'anihiler le sel du fromage. Surprenant !

Le rouge, on oublie, vite fait !

Pour la suite, c'est chez Laurent que ça se passe: http://leptitblogdelacave.skynetblogs.be

 

21/07/2008

Et qu'est ce qu'on mange?

La cuisine et moi, c'est une drôle d'histoire...Je suis trés rarement des recettes ( sauf pour la patisserie) et fonctionne souvent en free style, en improvisation plus ou moins contrôlée. Je suis une paresseuse, donc j'aime quand ça va vite.

Au frigo, deux avocats bien mûrs me faisaient de l'oeil, quelques scampis....et vogue la galère! Pas de pommes qui sont généralement chez moi les compagnes idéales des avocats, mais une poire juteuse... tentons !

Avocats aux poires, vinaigrette moelleuse,et scampis au sel de sésame.

Il faut:

  • 2 avocats bien mûrs
  • 1 poire
  • 2 c à c de moutarde aux herbes ( ou utiliser une moutarde classique et y incorporer les herbes de son choix)
  • quelques gouttes de vinaigre de xerés
  • 1 c à s de mayonnaise
  • 1 c à s d'huile d'olive
  • 10 scampis
  • Du sel de sésame
  • sel, poivre du moulin

Peler les avocats, détailler en cubes ( attention au noyau), peler et épépiner la poire, la détailler en cubes équivalents.

Dans un bol à part, mélanger moutarde, huile, vinaigre et mayonnaise ( celle ci va apporter du moelleux).

Assaissoner les avocats poires de ce mélange.

Dans une poele bien chaude, saisir les scampis  de chaque coté. ( ils ne doivent plus être translucides à l'intérieur). Parsemez de sel de sésame et les rouler dans la poêle.

Présentez en verrinne les avocats aux poires assaisonnés, disposez les scampis,et accompagnez pourquoi pas d'un pain aux céréales.

IMG_2161_1

Pour améliorer cette recette, on pourrait y ajouter un peu de céléri cru rapé...

L'accord vin: en blanc, un beau côtes de provence comme le domaine de la Courtade, sur l'ïle de Porquerolles,pour cette petite touche de fraicheur iodée.

                   en rouge, on pourrait servir un chinon un peu frais....

Bon appétit!

         

13:09 Écrit par sandrine dans p'tites recettes | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : poire, avocats, ptites recettes |  Facebook |

20/07/2008

Appelation coup de coeur !

Certaines appelations sont fascinantes. Surtout celles qui sont construites autour d'un seul cépage. Parce qu'alors, on ne peut pas compter sur l'assemblage pour différencier les vins,ils partent tous du même raisin.

C'est probablement pour ça que j'aime autant les vouvray. Oui, je dis bien les et pas le; car s'il existe bien une appelation qui produit une grande variété de vins, c'est bien celle là. Vouvray sec, demi sec, moelleux, à boire immédiatement, à attendre, effervescents...On trouve de tout à Vouvray.

La devise de cette appelation est :  "Je resjois les cuers".

Comme beaucoup de vignobles, il doit sa création aux diverses communautés religieuses, établie sur la rive droite de la loire et à l'est de Tours, et ce dès le moyen Äge. Plus tard, la présence de maisons royales dans la région finirent de consolider la réputation et la qualité du vignoble Tourangeau. Vouvray fait partie des grands crus servis à la table du roi et appartient à sa couronne.

L'AOC Vouvray date de 1936, et comprend les diverses familles de vins secs, demi secs, moelleux et effervescents.

La caractéristique essentielle du sol est le tuffeau,au sein de  coteaux pierreux . on trouve également des sols  d'argiles à silex (perruche) qui apportent un caractère minéral aux vins et de couches argilo-calcaires (Aubis) qui donnent de la puissance aux vins liquoreux.

Le seul cépage est le chenin, (Pineau de Loire).Celui ci se prête admirablement à toutes les vinifications, que ce soit pour obtenir des vins trés secs, tendus, minéraux et trés frais, ou des vins possédant un peu de sucre résiduel, plus ronds, aux arômes exotiques. Les moelleux sont aussi remarquables de fraicheur et d'équilibre, leur potentiel de vieillissement est vraiment intéressant .

En ce qui concerne les effervescents, un passage sur lattes de neuf mois après une élaboration traditionnelle ( comme en Champagne) est nécessaire.

Je suis toujours bluffée par les vins de vouvray, leur complexité aromatique, leurs caractères permettent de les accorder à beaucoup de plats...

Avec les secs, les entrées légères à base de poisson font des merveilles, surtout s'il y a une présence de fruits avec... Un tartare d'espadon aux pêches, légèrement acidulé serait parfait.

Avec les demi secs,pourquoi ne pas tenter un plateau de fromages, certainement de trés bonnes surprises à la clé, ou alors une cuisine épicée, un peu à l'instar des curries indiens.

Avec les moelleux, les desserts, évidemment, une tatin d'ananas, une mousse de fruits exotiques ou pourquoi pas, un fromage bleu....

Les effervescents s'apprécient à l'apéritif, ou pourquoi pas sur des huitres, pour un coté festif, mais pas trop onéreux.

Pour terminer, voici quelques domaines que j'aime beaucoup:

Domaine Huet, pour ses demi secs et moelleux au potentiel de garde extraordinaire. Assez avares d'arômes dans leur jeunesse, ces vins se révèlent après quelques années dans l'opulence et l'élégance,...Soyez patients, ça en vaut la peine. J'ai goûté dernièrement des 89 sublimes, les 90 attendront encore un peu, vu le millésime extra .

Domaine des hautes bornes, Vincent Carême. Tout chez lui est bon, mais mention spéciale pour son sec, hypra tendu, pur, minéral et son effervescent, une vraie gourmandise qui n'oublie pas d'avoir une classe folle.

Fr Mérilleu, pour son sec, qui est lui plus dans l'exotisme, l'ananas, le gras, la rondeur, mais tout aussi intéressant.

Mais aussi Fourreau, Champaloup, Chidaine ( clos Naudin),Domaine du Viking....

 

14:53 Écrit par sandrine dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vin, vouvray, loire |  Facebook |

19/07/2008

Interagissons....!

Le propre d'un blog est la communication entre les lecteurs et l'auteur, donc dans cet esprit, vous pouviez déjà découvrir" l'invité de la semaine" qui ouvre grand les portes de ce blog à un ou une blogueur(se) et vous permets de e (la) découvrir un peu mieux.

Une nouvelle rubrique va voir le jour ( sous vos yeux ébahis, je n'en doute pas...;-))

Une fois par semaine, je vous laisserai la possibilité de m'envoyer vos questions sur les vins, les accords, une région, une appelation, bref ce que vous voulez qui gravite autour du vin.

Comment faire: c'est très simple. Soit via les commentaires de ce post, soit via mon mail( la boite d'envoi est à droite). Je répondrai la semaine suivante, et ainsi de suite.

N'ayez pas peur, toute question sera bienvenue, et ne pourra que nous enrichir mutuellement...

Alors, à vos claviers !

14:40 Écrit par sandrine dans Questions-réponses | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : questions reponses |  Facebook |

17/07/2008

impromptu autour d'une bouteille....

 

     Qu'est ce qui fait les bonnes surprises du vin? Peut être ce magnum de vin italien, qui se morfondait dans la cave, que l'on avait oublié dans son coin, empoussiéré comme il se doit, à l'abri de l'agitation du monde...

Notre cave perso n'étant pas sur notre lieu de résidence, nous ne nous y rendons pas tous les jours et ce n'est que sporadiquement que nous y effectuons des "descentes". Comme ni l'un ni l'autre nous ne notons ce qui entre et sort, parfois nous redécouvrons des bouteilles, au hasard... délaissées, mais plus pour longtemps, car titillés par la curiosité et un peu par la crainte il faut bien le dire que le vin ne soit déjà passé, il fallait que nous goûtions.

Ce rubesco, Monticchio,appelation Torgiano rosso riserva, de chez Lungarotti et millésimé 1987 a la chance d'être dans un contenant un peu spécial, le magnum qui lui donne un petit avantage quant à son vieillissement.

Les conditions de la cave, excellentes s'il en est, ( hygrométrie parfaite, variation de T° quasi inexistante, sol en terre battue ) nous laissait quelque espoir quant à trouver un vin pas encore moribond.
Et bien, ce fût encore mieux que ça,nous l'avons goûté sur trois jours ( ben oui à deux , c'est plus raisonnable....).


jour 1: la robe est un peu évoluée, mais le nez est parfaitement présent, des notes de fruits confits, un peu de kirsh, des épices douces ( canelle, girofle...), et une jolie expression ...La bouche est ronde, pleine, sensuelle, toute en fruits mûrs et séduction, encore bien longue, les tannins sont complétement fondus et surprenant, pour un vin de cet âge, une fraicheur finale qui le ferait paraitre bien plus juvénile.

jour 2: le nez est désormais un peu moins fruité, plus sur la complexité des notes d'épices, et même sur un peu de tabac blond, ce qui ne m'avait pas frappé à la 1 ère dégustation. La bouche est toujours bien tenue, ronde et veloutée.

jour 3: le nez est presque complétement disparu, la bouche a perdu un peu de sa longueur, mais reste agréable...

Quoi qu'il en soit, ce vin a été une belle surprise, et il nous en reste encore quelques unes, qui ne tarderont pas trop à être bues....

22:29 Écrit par sandrine dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

16/07/2008

L'invitée de la semaine: Marie France !

Encore une invitée, une, et cette fois ci nous sortons des frontières de la Begique pour nous rendre en Vendée, chez Marie France, ( mais avec les blogs tout les déplacements sont permis, non? )...A elle la parole :

" Hé bien, pas facile l'exercice elle a raison Fabienne, mais en tout cas je suis ravie de cette généreuse opportunité que tu m'offres Sandrine, il faut être généreux pour savoir partager comme tu le fais ton amour du vin.
Voilà... C'est une évidence de dire que j'ai la passion de la cuisine sinon pourquoi aurais-je créé ce blog il y aura un an en août prochain, n'est-ce pas ? Ce n'est pourtant pas avec ma maman que j'ai appris à cuisiner car lorsque j'ai quitté le domicile parental à 19 ans je ne savais absolument rien faire. Et pourtant ma maman était - et est toujours - une excellente cuisinière qui n'avait pas son pareil pour cuisiner le bar, la margate - les blancs de seiche - et tous les fruits de mer que mon père, passionné de pêche, lui ramenait régulièrement, mais je ne m'y intéressais pas. D'ailleurs papa a fait sa plus belle pêche de bar pour mon repas de communion !
Le plaisir de cuisiner est venu petit à petit avec l'envie de bien recevoir les amis, de les épater, alors ce fut le début des achats de livres de cuisine... qui maintenant me remplissent les étagères d'un meuble entier.
Il y a deux ans, j'ai découvert la "blogosphère culinaire" au hasard de détours par différents blogs, en naviguant de liens en liens. Le premier fut celui de Mercotte à qui j'ai "piqué" ses figues confites au porto, une merveille.
J'aurais adoré avoir une maison d'hôtes... Mais sans les contraintes ! Ben voyons !! Alors finalement, ce blog c'est ma table d'hôtes à moi, vous qui passez régulièrement me faire un petit coucou vous êtes mes invités d'honneur pour qui je mitonne régulièrement avec plaisir plein de petits plats divers et variés. Je redécouvre le plaisir de farfouiller dans mes livres, d'oser réaliser des recettes auxquelles je n'aurais pas pensé auparavant, moi qui ne cuisinais finalement que lorsque je recevais, les dimanches d'hiver.
Lorsque j'ai démarré mon blog j'avais principalement en tête de mettre en avant des recettes et produits de ma région, la Vendée. Et puis finalement j'ai évolué, je ne souhaite pas être cataloguée essentiellement "blog terroir", les recettes vendéennes et plus généralement du Poitou continueront à alimenter le site, avec de temps en temps l'histoire expliquée de leur origine ; mais je vais essayer aussi de me perfectionner et surtout d'improviser, ce que j'ai encore du mal à faire et d'aller vers des recettes plus innovantes. Je suis admirative de l'inventivité des grands cuisiniers tels Michel Bras ou Olivier Rollinger, entre autres,  des poètes ces hommes-là, mais je ne comprends absolument pas la cuisine dite moléculaire, et n'arrive pas à trouver d'intérêt à la cuisine de Ferran Adria qui reste pour pour un ovni.
Venons-en maintenant au questionnaire.
Si j'étais un vin : sans conteste le Tokay hongrois qui reste pour moi un merveilleux souvenir gustatif lors d'une visite d'une cave en Hongrie, un vin liquoreux à la belle robe caramélisée (c'est idiot ce que je dis là Sandrine ??) ; Et en second le Savennière, un blanc sec mais légèrement fruité de la région Angevine, et enfin tous les blancs d'Alsace, que je mets souvent dans mes repas lorsque j'ai du monde.
Si j'étais une recette : tiens, je serais une poêlée de grenouilles à la maraichine, j'en raffole, c'est à dire des grenouilles revenues dans du beurre, de l'ail, persil et crème fraîche à la fin. Un plat qui me rappelle toute mon enfance, mon père en pêchait régulièrement dans le marais, près de chez nous. De nos jours la pêche est limitée... Celles que l'on trouve dans le commerce viennent souvent de Hongrie.
Si j'étais un produit : les fruits de mer que je mange crus, cuits... Pain/beurre ou en sauce, je les aime de toutes les manières possibles ! Les berniques, tiens, aussitôt pêchées, aussitôt mangées, la traçabilité elle est vite faite : de leur rocher où elles s'accrochaient à mon assiette, vite fait bien fait ! Et les petits bigorneaux, ok c'est long à "dépioter" mais qu'est-ce que c'est bon, et les palourdes, les coques. Si ça vous dit d'en manger avec moi, venez donc faire un tour du côté de Noirmoutier et du passage du Gois, nous irons faire une petite pêche ensemble à marée basse, vous verrez, c'est génial.
Voilà Sandrine, maintenant à toi de travailler et de me donner ton accord   parfait  pour le plat de lapin aux poivrons que j'ai mis en ligne sur mon blog (http://unecuillerepourpapa.blogspot.com/2008/07/lapin-con...    ) . Et merci encore pour ton adorable initiative."
Alors maintenant quel vin pour cette délicieuse recette?
D'abord considérons la piéce principale de ce plat qui se trouve être du lapin, difficile de lui coller un rouge, ou alors il nous faudrait quelque chose de pas trop puissant et tannique. J'avais plutôt envie d'accompagner d'un blanc, sud celà va sans dire, vu l'accent chantant de l'ail, des tomates et des poivrons. La sauge et le romarin viendront compléter ces saveurs en apportant un peu de leur fraicheur...et n'oublions pas non plus le vinaigre de vin blanc qui fort logiquement nous conduira vers un blanc sud... Qu'est ce qui pourrait avoir assez de présence pour tenir tête à l'ail et aux poivrons, mais pas trop pour ne pas écraser le lapin?
Peut être le blanc du chateau de Roquefort, issu de 60 % de clairette, et de rolle ainsi que d'ugni, ce côtes de Provence 2006 possède à la fois un fruit croquant, et une belle puissance solaire, sans être écrasant... L'ail et le poivron ne lui feront pas peur, il leur répondra même plutôt bien dans la gamme des arômes de garrigue, une pointe mentholée donnera de la fraicheur et s'accordera aux herbes... Bref, un accord d'été, ne manquent plus que les cigales....
Merci Marie France de t'être prêtée au jeu, et surtout, si vous aussi voulez participer, laissez moi un petit message....
A bientôt !

15:22 Écrit par sandrine dans invité de la semaine | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : invite, marie france |  Facebook |