13/08/2008

Surprise

Quelquefois on a des surprises bien agréables...

En surfant de blogs en blogs, on retrouve ses mots, son article

Et même si l'on ne court pas après, c'est plutôt valorisant de découvrir que ce qu'on écrit a pu plaire.

Alors voilà:

 http://hlalau.skynetblogs.be/

http://ivv.skyblogs.be/

 

11:18 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : journaliste, article, ivv |  Facebook |

12/08/2008

Des amis, du fromage et.... du vin !

  Quand on a la chance d'avoir des amis, et à fortiori quand il s'agit de la famille, de temps en temps, partager un excellent repas et quelques bonnes bouteilles, ça fait un bien fou. Alors on ne s'en prive pas.

Amateurs de fromages comme nous, un beau plateau varié contentera aussi bien les grands que les petits.IMG_2292

 

IMG_2291A l'apéro, un vouvray demi sec, domaine de la haute Borne 2004, s'avère une jolie mise en bouche. Des notes de poire, de pêche juteuse au nez, une bouche gourmande et ronde n'oubliant pas la fraicheur.

Bu pour lui même, avec quelques petits amuse gueules salés, il se révèle de bonne compagnie.

Le chenin, est quand même un cépage des plus intéressants, quand il permet à la fois d'obtenir ces vins demi secs, mais aussi complètements secs, ou doux, à boire sur l'immédiateté du fruit ou à laisser murir.

 

Pour accompagner les fromages, l'option a été prise de priviligier les moelleux.

IMG_2290On commence avec le llen de l'el de chez Plageoles, en 2006. du passerillage rondement mené, qui comme souvent chez Plageoles, donne des vins très plaisants, sans lourdeur, avec du sucre, c'est évident, mais une fraicheur qui fait qu'on en oublierait presque son moelleux. En gros, des vins buvables, digestes. Délicates notes exotiques, fruit de la passion, ananas, un peu de tilleul et de sauge, du citrus, une bouche en continuité. Pour l'élégance et la dentelle de ce vin, un grand bravo.

 

 

 

IMG_2300Gaillac les vendanges dorées, passerillé aussi. Sympa, mais beaucoup plus show off, le nez explose d'arômes, beaucoup plus confits que le précédent, la bouche se révele monumentale. Longueur, puissance, ce vin est vraiment un monstre par rapport au précédent. Bien fait, aussi mais un autre style. On aime ou pas, soit le bling bling, les mangues muries à point, l'ananas compoté, le sucre bien présent ou la finesse , c'est un choix ...

 

 

 

 

IMG_2301Et enfin, une découverte, un Saussignac. Autre vin, méthode légerement différente. Les aromes de fruits rotis, de cuits au soleil, n'empechent pas ce vin de posséder quand même une belle fraicheur, qui lui évite de tomber dans le piège miel liquide.

Beaucoup de rondeur, de l'amplitude, manque peut être un chouia d'élégance, mais tout de même une fort agréable bouteille.

 

 

 

Les accords: Et bien, pas de détails cette fois ci mais on peut dire que les vins s'en sont plutôt bien tirés. Evidemment avec le bleu, peut être un peu moins bien avec le Maréchal et l'époisses... Dans l'ensemble, les accords étaient plus que plaisants.

Et pour terminer, une dernière petite sucrerie ...

Une excellentissime tarte au citron , et non moins savoureuse ( j'ai oui dire, n'ayant plus faim pour la goûter à mon grand regret), tarte aux prunes du jardin!

IMG_2303

10/08/2008

la question de la semaine

 

 Voici venu le temps d'interagir, comme chaque semaine, je réponds à vos questions. Cette semaine, j'ai reçu un mail de Marianne, qui suit une formation de restaurateur et aimerait mettre en avant les vins de Pays, notamment au travers d'accords vins mets. Alors voilà ce qu'on peut en dire: 

Le vin de pays, c'est né quand?

A la fin des années 70, le vignoble français subit de gros changements, on plante massivement des cépages dits nobles. Les vins de Pays naissent alors, pour montrer l'effort qualitatif consenti. Dans le sud de la France, ils se développent trés vite et très bien. La raison en est simple. historiquement, le sud était gros pourvoyeur de vin de table, c'est donc lui en premier qui est visé dans les efforts de communications et de valorisation. Le reste de l'hexagone sera peu à peu concerné, sauf la Champagne et l'Alsace, qui , c'est à noter, ne possédent aucun vin de pays.

 

Le vin de pays, qu'est ce que c'est?

D'abord et avant tout, une dénomination essentiellement géographique, . Elle se différencie du vin de table grâce à cette particularité. Pour être en vin de pays, il faut utiliser des cépages correspondant à une liste autorisée, les conditions de rendements, d'utilisation de méthodes oenologiques permettent une plus grande souplesse qu'en AOC. En réalité, les vins de pays sont surtout faits pour être des easy drinking wines, sauf cas particuliers, mais on va y revenir.

Comment on s'y retrouve?

Pas facilement. Mais on peut déjà différencier les vdp, en zones.

  • vin de pays des vignobles de France: c'est un genre d'appelation nationale. nouvelle, elle est conçue surtout pour l'export.

 

  • les 6 dénominations de grande zone: v d p du val de loire, de l'atlantique, du comté tolosan, d'oc, de méditérrannée et comté rhodanien.

 

  • 52 dénominations départementales( v de p de la Creuse, de L'Aveyron, du Vaucluse...)

 

  • 93 dénominations de petite zone(v de p des collinnes de la Moure, comté de Cassan, mont Baudile....)

Les vins de pays, on trouve quoi dedans?

Essentiellement, ce sont des vins de cépages, clairement identifiés et indentifiables ( marketing oblige, lisibilité garantie ). Les cépages dépendent des différents climats. En loire, par exemple, on cultive cabernet franc, gamay et sauvignon, dans la région du Rhône, plutôt viognier, syrah et marsanne. Une liste des cépages autorisés existe aussi à laquelle les vignerons doivent se conformer. Certains cépages sont formellement interdits, comme les gewurtzraminer, ou les rieslings.

Les vins de pays, comme la grande majorité des vins, n'ont pas obligation de millésimer,Les vins de pays de département et la plupart des vins de pays de zone doivent être produits sur des parcelles dont le rendement n’excède pas 90 hl/ha en blanc et 85 hl/ha en rouge, rosé et gris. Afin d’accentuer encore la maîtrise de la production, et pour éviter des transferts éventuels de volumes d’une production à une autre, les rendements des autres parcelles de l’exploitation sont également plafonnés (à 100 hl/ha de vin de table).

Les vins de pays doivent respecter des normes en matière de titre alcoométrique volumique naturel minimum et de titre alcoométrique volumique total minimum.

A l’agrément, des teneurs maximales en anhydride sulfureux et acidité volatile s’imposent.

Les vins de pays de zone ont en général dans leur décret spécifique, des critères analytiques plus restrictifs (intensité colorante, fermentation malolactique obligatoire pour les vins rouges, acidité totale...).

 En outre on trouve aussi des Vins de Pays primeurs ou nouveaux qui  sont réglementés depuis la récolte 1990. Les vins de pays primeurs doivent respecter trois conditions supplémentaires :

- une date de mise à la consommation, fixée au 3ème jeudi du mois d’octobre suivant la récolte. Les vins d’appellation primeurs sortent un mois plus tard.

- un étiquetage mentionnant le caractère primeur ou nouveau et le millésime.

- un agrément spécifique par une commission de dégustation chargée de vérifier le caractère primeur des vins présentés à l’agrément.

bref, après tout ça, ben on est beaucoup plus avançés.... Parce que la notion de vin de pays, regroupe des vins aux objectifs et qualités complètement différents parfois. Pour une grande majorité d'entre eux, il s'agit avant tout de vins " premiers prix", commerciaux, qui grâce à leurs normes de production moins restrictives que pour les AOC permettent de produire des vins de cépages ou d'assemblages pas trop chers, allant du passable au très agréable.

Le petit souci, c'est qu'il existe aussi des " inclassables", des vins qui par leur niveau, pourraient largement prétendre à une Aoc, mais qui sont néanmoins des vins de pays. Volonté affichée du propriétaire ( faire quelque chose de différent, échapper au carcan de L'aoc, tenter de nouvelles choses) ou non, ces vins là sont à part. J'en ai parlé déjà dans au moins deux articles précédents .

Avec quoi on les boit?

Vu leur diversité, il est assez compliqué de répondre trés précisément à cette question, car il faut déjà savoir de quoi on parle. Est ce un vin de petite zone, ou pas? Est ce un monocépage, ou non?

Le meilleur conseil que l'on puisse donner, c'est de privilégier avec ces vins des plats simples et dans la mesure du possible régionaux. Ensuite, affiner ces accords, selon la couleur, le ou les cépages, etc.

Classer les vins blans selons leur prédominance( ex : sauvignon = sec et fruité, ...) permet de catégoriser et de trouver plus facilement les accords.

On peut aussi classer les rouges ( ex: merlot= rond et fruité). Ces vins sont en général peu tanniques, ce ne sont pas des vins de garde, mais des vins faits pour être bus sur le fruit, presqu'instananément. Oublions  les plats trop sophistiqués. Par contre, les daubes, les pot au feu, etc peuvent trouver leur bonheur parmi ce type de vins.

Voilà en tous cas déjà quelques pistes s'il vous prenait l'envie d'investiguer plus avant.

 

Pour tous ceux et celles qui voudraient poser une question, demander un éclaircissement, n'hésitez pas... en commentaire de ce post ou par mon mail.

Je vous répondrai avec plaisir.

 

 

 

14:09 Écrit par sandrine dans Questions-réponses | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vin de pays, interagissons |  Facebook |

08/08/2008

devenir expert vins en 5 min chrono

Pour épater en société,suivez ces petits conseils:

D'abord prenez le temps d'observer la couleur du vin en silence et pendant au moins cinq longues minutes.Vous devriez déjà attirer les premiers regards.Ensuite,après une longue inspiration,dites:"quelle limpidité et admirez ces larmes dues au glycol.Vous venez de marquer vos premiers points.

Puis,il vous faudra renifler à petits coups(un peu comme un chien sentant le derrière d'un congénère)d'un air profond et mystérieux.Moment délicat numéro un,vous devez maintenant faire tournoyer le vin dans le verre(prenez garde à ne pas inonder le voisin et perdre ainsi toute crédibilité).Répétez cette opération plusieurs fois,afin de bien montrer votre sérieux et votre concentration.Ensuite,allez y joyeusement.Lancez vous dans un festival de qualificatifs et adjectifs en cascade?Vous noierez ainsi vos auditeurs médusés par le flot de vos paroles et de votre science supposée.Utilisez des odeurs inusitées(platane frais,baobab centenaire,dysenterie de lynx...les animaux ça marche toujours!)Surtout pas d'odeurs simples et facilement identifiables,malheureux!!!

Vient ensuite le moment de la mise en bouche.Hé oui,on ne boit pas ,on crache et si possible en gardant sérieux et dignité.Il vous faudra grumer(faire pénêtrer de l'air dans la bouche tout en y gardant le vin;un conseil,entrainez vous d'abord avec tous les liquides qui vous passent sous le nez,attention pas le gel douche du matin ,bizarrement ça marche moins bien).Grumez donc longtemps,mystérieusement...Crachez,ne dites surtout pas un mot,et recommencez.Normalement,à cet instant votre auditoire conquis attend vos paroles divines.

C'est votre grand moment...lachez vous!Improvisez après ces mots:"après rétroolfaction..."(formule magique éprouvée) lancez vous joyeusement dans une anecdote d'enfance que ce vin vous évoque,un souvenir amoureux,qu'importe à ce stade votre public ébloui boit vos paroles.N'oubliez tout de même pas quelques adjectifs pompeux et obscurs(monolythique,empyreumatique...)pour entretenir le mystère.Parlez enfin de la persistance aromatique,pour finir en beauté.Tentez enfin quelque accord hasardeux avec un plat le plus compliqué possible .Cela finira de ravir votre auditoire qui se levera probablement pour une standing ovation bien méritée.

Alors on dit merci qui?

15:09 Écrit par sandrine dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : humour |  Facebook |

07/08/2008

Voulez vous taginer avec moi?

Oui, je sais, c'est assez limite comme jeu de mots, mais si vous êtes ici, vous allez vite comprendre que je suis une fille pas drôle !

Tréves de billevesées, parlons nourritures terrestres, oui car rigoler, c'est bien beau, mais il faut aussi se sustenter.

Alors voilà, dans le plus pur free style sandrinien , un tagine aux fruits frais, sechés et secs.

Tagine d'agneau aux nectarines, abricots et noix de cajou.

Il faut :

  • 500 gr de collier d'agneau
  • 150 gr d'abricots sechés
  • 4 à 5 nectarines
  • 150 gr de noix de cajou
  • Sel de sésame
  • 1 c à s de cumin
  • une demi gousse d'ail
  • un oignon
  • un à deux verres d'eau( ou de bouillon si vous avez)
  • du persil frais et de la coriandre
  •  poivre du moulin

Faites dorer l'agneau à la poele, dans un filet d'huile d'olive, quand il est presque prêt, jetez y l'ail émincé, et les oignons. Dorer, puis ajouter sel de sésame et cumin.

Versez dans le plat à tagine. Arrosez d'eau ( ou de bouillon). Commencer à cuire pour une heure à une heure et demie, environ. Emincez les nectarines, ajoutez les.

Après une demi heure de cuisson, vérifiez que l'agneau est bien cuit ( la viande doit "s'émietter"), si c'est le cas, ajoutez les abricots et les noix, pour qu'elles prennent la chaleur, sinon prolongez la cuisson.

A la fin, parsemez de persil et de coriandre hachés, et servez bien chaud, avec une semoule fine.

IMG_2272

 

Le bon accord? Un vin ni trop puissant ni trop faiblard, comme un côtes du rhône, les chevrefeuilles de la Réméjeanne , en rouge. En rosé, tentez un gris, comme celui du domaine d'Ormesson, .... En blanc, pourquoi pas un montlouis demi sec , de chez François Chidaine.

Et bon appétit !

 

14:58 Écrit par sandrine dans p'tites recettes | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : agneau, tagine |  Facebook |

Miam!

Quand je suis lancée, on ne m'arrête plus, et comme je suis très consciencieuse, ( hum hum), j'ai goûté hier encore à un vin de pays... Des cotes catalanes, cette fois. Et remiam !

Idéal avec des barbecues, ce baby del rey 2004, est le " petit vin" de la propriété d'une femme de propriétaire à Bordeaux ( vous avez suivi?), et c'est loin d'être petit. C'est gourmand, tentateur en diable, avec une belle couleur rouge profond, qui est encore loin de présenter des traces d'évolution. Le nez est franc, plus sur le fumé et la chair des fruits noirs, croquants, de belles cerises mûres à points, par dessus ça un nuage de canelle et de girofle.

Une bouche ample, ronde, avec de la matière, quelques amers pas désagréables du tout en fin de bouche, une belle longueur. Servi un peu frais, il est à boire maintenant sur de belles grillades, qui flatteront sa chair tendre mais néanmoins robuste.

06/08/2008

tombée amoureuse

Dans les vins de Pays, on trouve de tout, du pire au meilleur, des passables vins de cépages aux vins d'exception.... Comment on s'y retrouve? Et bien, pas de panique, je vous prépare un petit article la dessus. Mais en guise de mise en bouche, voici un vin de pays qui m'a époustouflée.

Je ne devrais pas le dire, mais je suis une fan de la syrah. j'aime ce cépage quand il est bien vinifié, quand il offre son potentiel de séduction et de subtilité, de caractère et de force. les syrahs diluées, les sans âmes, qu'elles passent leur chemin.

Et hier, paf ! Un vin de Pays du Mont Baudile( pour ceux qui connaissent un voisin d'Aupilhac) , 100 % syrah, domaine de Pey chères. Waow !

Une vraie syrah, un nez franc et bien mûr de fruits noirs, des épices en veux tu en voilà,du zan, vraiment explosif, on s'attend à la même déferlante en bouche et on n'est pas déçu. Sauf que là, la syrah enfile ses velours et ses dentelles, police ses tanins, enrobe ses fruits. Résultat, une bouche toute soyeuse, mais puissante, du caractère sans rusticité, c'est comment dire?      Bon , très bon, très très bon même.

Et qu'est ce qu'on dit quand son verre est vide? encore......