09/04/2008

Syrah ou Shiraz?

 

 

Anne me demande la différence entre syrah et shiraz.La réponse simple serait qu'elles n'en ont pas,mais en réalité c'est un plus nuancé que ça.Parlons d'abord de la syrah.Elle se plait dans des climats chauds et secs ,sur des sols pauvres et généralement graveleux qui favorisent un bon drainage et permettent au raisin de se développer idéalement.elle nécéssite bcp de travail car les vignes doivent être taillées très régulièrement pour éviter une production de vins dilués.

La syrah possède une peau dure et épaisse qui d'une part la protège efficacement contre les maladies et d'autre part est gorgée de tanins.Ses grains et ses grappes sont en général compacts et gros ,de couleur bleu foncé.

Elle  est caractèristique en France des appelations Cornas(seule),Crozes hermitage,Hermitage et Saint Joseph(associée aux marsanne et roussanne) et à la célébrissime Côte rôtie(associée au Condrieu).Elle est aussi utilisée en assemblage en Languedoc,en Rhône,en Provence,en Corse,... Près de 350 km² sont plantés (dont plus de la moitié en Languedoc-Roussillon),

Son origine supposée a longtemps été la ville de Chiraz,en Perse(Iran actuel).Mais des études et recherches génétiques récentes de l'université de Californie tendraient à prouver que son origine est bien française et qu'il s'agirait d'un croisement de cépages de la partie septentrionnale du Rhône.(Dureza et mondeuse blanche,croisement naturel).

La syrah est connue sous les noms de antournerein Noir, balsamina, biaune, candive, entournerin, hermitage (en Australie), hignin Noir, marsanne Noire, neretto di Saluzzo, petite Syras, schiras, sérène, serine ou serinne, shiraz, sirac, syra.

Les Shiraz du nouveau monde seraient donc les Syrahs de l'ancien?Pas si sûr!Car en effet,on constate à la dégustation des différences notables entre les deux.Les syrah étant en gén plus sur le poivre et les épices,et les shiraz plus fruitées.Cela est certainement dû aux choix des clones(16 au total) qui peuvent influer sur les qualités organoleptiques.

Pour résumer et simplifier,il semblerait donc qu'il s'agisse du même cépage d'origine,mais avec de subtiles différences dues à la sélection clonale selon les pays.Une manière simple de comprendre cette histoire de clones:prenons trois frères,ils auront des caractéristiques différentes mais pourtant appartiennent à la même famille,ils s'appelent tous Dupond,se ressemblent fortement,mais ne sont pas tout à fait pareils pourtant...

On sélectionne donc selon les terroirs ,les climats et les spécificités de chaque appelation un clone particulier.

On produit  ces syrah-shiraz dans diverses parties du monde dont l'Australie.Les Australiens vinifient les syrah en rouge et rosés mais aussi en Sparkling et en "Porto"(Port shiraz).A noter que parfois certaines shiraz  australiennes sont en fait du Durif!

Il en existe également en Afrique du Sud,au Mexique,en Californie,en Suisse,au Chili,en Argentine,en Italie,...

A noter le concours des syrah du monde,première édition en 2007,réunissant 325 vins de différents pays et qui a décerné médailles d'or ,d'argent et de Bronze aux plus réussies.

J'espére avoir un peu clarifié tout ça,mais s'il vous restait des questions,vous savez quoi faire!

21:46 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : syrah, shiraz |  Facebook |

07/04/2008

Chili et Argentine...

J'avais promis à deux bloggeuses Andréa de http://lederniergateau.blogspot.com et Brigitte de http://cafecreole.blogspot.com  de parler un peu de Chili et d'Argentine,alors voilà:

D'abord le Chili:les vignobles sont situés essentiellement de part et d'autre de Santiago,sur environ 400 km,du nord au sud.La vigne au chili date de l'époque précolombienne,mais sous forme sauvage.La viticulture est introduite par les jésuites et les franciscains  espagnols début 1600.La viticulture devient prospère (eaux de vies et vins).

Magasin à Calama(toutes les photos sont de Brigitte)

photos chili 145

photos chili 142_1

La vraie révolution arrive par l'entremise de Silvestre Ochavagia,qui fit venir des pieds de vigne de cépages européens(cabernet,pinot,riesling,sauvignon,merlot)Il y  amena aussi des spécialistes de la vigne et du vin.On pense que le carmenère date de cette époque mais j'en parlerais plus tard.

Maintenant,plus ou moins 120000 ha sont cultivés.La région la plus importante est la zone centrale,où l'on trouve la célèbre vallée de la Maipo,juste au Sud de Santiago.Les terres là bas sont en gén irriguées.

Au nord,c'est plus difficile de trouver de la vigne,sauf à Acatama et Coquimbo.Les  raisins de cette région servent surtout à l'élaboration du Pisco(eau de vie de marc de raisin).A ne pas confondre d'ailleurs avec le Pisco du Pérou.Celui du Chili est fait à base de muscats(d'où son côté très aromatique)et est appelation d'origine depuis 1931.Il s'agit d'un alcool transparent et translucide et peut dans certains cas présenter une légère couleur ambrée.

Voici la recette du Pisco Sour : Prenez du Pisco pur, mettez le dans le mixeur avec du jus de citron, du sucre glace et un blanc d'oeuf. Mixez. Ajoutez de la glace pilée.

Plus au sud,on trouve Secano central,où l'on cultive essentiellement le Pais.Ces zones situées sur les contreforts de la Cordillière des Andes et près du Pacifique sont plus fraiches et ne nécessitent pas d'irrigation.Le secano sud est spécialisé dans l'élaboration des vins blancs.

Les cépages au chili sont en blanc:-Les moscatels(muscats de différentes variétés)

                                                       -Sémillon,sauvignon,chardonnay ,riesling,.

                                         en rouge:-Pais:son origine est incertaine,mais il est présent au chili depuis le 16ème siècle.Dans les zones irriguées,il donne de trop grands rendements pour en attendre de la qualité,c'est pq il est surtout présent en zone sèche.C'est à partir de lui qu'on élabore le populaire"vino pipeno".

                                                         -Cabernets,côt(malbec),merlot,verdot,pinot noir.

 et puis comment ne pas parler de Carmenère,le cépage emblématique du Chili:il s'agit en fait d'un vieux cépage de Bordeaux,quasiment disparu dans sa région d'origine et qui a été redécouvert au Chili un peu par hasard,par des ampélographes qui trouvaient des vignes de merlot bien curieuses.En fait de merlot,c'était du carménère.Ce cépage donne des vins au profil aromatique très séducteurs,riches et souvent avec une pointe de sucrosité en fin de bouche.

vin du chili 007
Les firmes étrangères ont eu une influence importante dans le développement de l'industrie du vin chilien.(Torres, Lafitte, Rotschild, Robert Mondavi, Pernod Ricard, Kendall-Jackson, Franciscan State, Bruno Prats Grand Marnier,...)

Quelques vineyards:santa rita,santa carolina(de très jolis blancs),Vinas Haras de Pique,santa Inès,Montés,Lurton,Van Siebenthal,Cousino Macul(antiguas réserva)Casa Lapostolle ,Chocalan,(excellents vins très séducteurs)Montgras,Cono sur  et comment ne pas citer peut être le plus célèbre d'entre eux.Concha y toro qui produit en collaboration avec Rotshild,Almaviva.Je reste assez réservée sur ce dernier,le prix étant peut être un peu élevé pour la qualité...

J'espère que vous aurez compris que ça se bouge au chili...J'ai déjà eu l'occasion de goûter des choses renversantes.Maintenant les vignerons ont compris qu'ils avaient un réel potentiel au niveau terroir et essayent de se donner les moyens de réussir de grandes choses.S'ils y arrivent,ils seront vraiment gagnants et les vins chiliens auront un peu plus de place et une meilleure réputation que celle dont ils jouissent en Belgique actuellement ,à savoir d'honnêtes vins de grandes surfaces,à rapport qualité prix excellents,mais manquant parfois d'identité.Il faudra miser sur des régions comme les vallées de Limarí, d’Elqui, de Choapa, d’Aconcagua, de Curicó, de Maule et de Bío-Bío.

Les vins chiliens sont souvent biologiques . En raison d'une saison sèche l'été, les vignes chiliennes souffrent rarement de maladies cryptogamiques. Des barrières géographiques comme le désert d'Atacama dans le Nord, l'Antarctique dans le Sud, les Cordillères des Andes dans l'Est et l'océan Pacifique dans l'Ouest ont protégé le pays de l'entrée du phylloxéra . L'absence de ces menaces permet aux producteurs chiliens d'utiliser le minimum de protections dans leurs vignes. MapaVino

Pour plus de renseignements,voir http://www.prochile.be/Activites.htm Rendez vous demain pour l'Argentine!

14:09 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : vin, chili, argentine, degustation |  Facebook |

06/04/2008

Les sulfites,c'est quoi?

Question soulevée il y a quelques temps :que sont les sulfites(mention obligatoire aux USA et que l'on trouve actuellement sur presque toutes les bouteilles de vins)

Eh oui,c'est qui ces mystérieux sulfites?Et bien pour le savoir ,il faut revenir à la façon de vinifier un vin.La première chose ,c'est de récolter le raisin.Facile,il n'y a qu'à se baisser...ensuite on foule(faire éclater les raisins sans écraser les pépins et plus aux pieds,il y a des machines pour ça...).Ensuite on égrappe.Suivront pour les blancs le pressurage et pour les rouges une macération puis un pressurage.Mais il faut éviter que ces raisins n'en fassent qu'à leur tête et ne partent en fermentation spontanée,ou ne s'oxydent trop vite.

C'est là qu'intervient le SO2(souffre d'où sulfites).Celui ci permet de sélectionner le milieu fermentaire,de faciliter la clarification,d'acidifier le moût(jus de raisin non encore fermenté) et de retarder les oxydations.IL pêrmet également la conservation des vins.

Le souffre a des vertus désinfectantes,blanchissantes et antiseptiques.C'est pourquoi on en ajoute souvent dans les cuves et barriques pour les nettoyer.On en adjoint également souvent à la mise en bouteille,par sécurité ,pour neutraliser les levures qui pourraient se trouver dans le vin et en présence de sucres résiduels,qui pourraient conduire à une seconde fermentation non désirée.Pour avoir eu une fois des bouteilles qui présentaient ce phénomène,c'était plutôt curieux,les bouchons percaient les cartons sous l'effet de la pression du gaz carbonique dégagé lors de la fermentation...

Le problème du souffre,c'est qu'utilisé en trop grandes quantités,il peut produire de l'hydrogène sulfureux,et là bonjour l'odeur d'oeufs pourris.

Sans compter que certaines personnes plus sensibles se plaignent parfois de maux de tête après ingestion de ces vins aux quantités de souffre plus importantes.Il existe une législation pour l'UE,les vins doivent avoir une teneur réduite pour respecter la dose journalière admissible.L'OMS l'a fixé à 25 mg.

Il faut savoir que le so2 détruit la vitamine B1 dans l'organisme.Pour les vins ,on ne peut théoriquement pas dépasser 160 mg /litre pour les rouges(avec possibilité de dérogation jusqu'à 210)

                                                                          210 mg/litre pour les blancs et les rosés(possibilité de dérogation jusqu'à 260 ).

Pour certains moelleux et liquoreux ,celà peut monter jusqu'à 300 ou 400 mg/litre.

Le problème numéro un du souffre,c'est qu'il est  difficile de s'en passer.on considère que c'est un des plus grands progrès de l'oenologie moderne.Beaucoup de vignerons s'essaient au "sans souffre" et pas que des bios(voir
http://endehors.org/news/la-pollution-du-vin) certains en reviennent(dont Daguenau,voir
http://www.wine-in-france.com/vignerons/dagueneau.html

d'autres persévèrent.

Alors que penser? Il n'y a qu'une solution ,goûter! En voici quelques uns de ces insolites:-Auxerrois Hinterberg ,Binner

                     -la glacière à Ferdinand (voir Un petit défi,ça vous dit? )

                     -Dom du Pech à Buzet

                     -Antoine Aréna en Corse

                     -Tissot en côtes du Jura

Juste pour terminer,il ne faut pas diaboliser non plus le souffre,un vigneron qui travaille correctement,avec une bonne hygiène aux niveaux de ses chais ,et qui est attentif à ses vignes,n'utilisera que des quantités minimes de souffre,bien loin des maximas autorisés.On en revient toujours à la même chose,quelqu'un qui travaille de façon raisonnable et respectueuse de son terroir ne devra pas avoir recours à des tonnes de produits chimiques.

Et comme on dit,In vino Véritas...

 

 

 

 

03/04/2008

C'est bio,c'est bon ? II

Suite à l'étude sur les résidus de pesticides trouvés dans les vins "normaux" et pas dans les vins bios,j'avais envie de préciser 2-3 choses.

D'abord je suis pour le bio,si ça peut permettre de consommer des aliments plus sains et de conserver  une meilleure santé plus longtemps.En tant que maman,c'est un argument qui me parle,je n'aimerai pas "fourguer" n'importe qui à mon petit bonhomme.

Néanmoins,je n'adhère pas au courant qui consiste à dire que c'est bon (gustativement parlant) parce que c'est bio.C'est peut être bon ET bio ce qui est légerement différent vous en conviendrez.

Il est vrai qu'un vigneron qui fait la démarche de s'inscrire dans une viticulture bio sera peut être plus attentif à la qualité de ses raisins,mais je crois aussi qu'il faut plus que respecter un cahier des charges pour être un bon vigneron.Il faut la passion,l'âme et l'amour que l'on peut mettre dans son vin et cela qu'on soit vigneron "bio",ou non...Il faut connaitre son terroir,son histoire,le potentiel de ses cépages sur le bout des doigts et utiliser ses connaissances techniques à bon escient pour être bon.

Tout le monde n'a pas ces qualités et ce n'est pas parce qu'on est un agriculteur "propre" qu'on est un bon vigneron.

Dans un monde idéal,on ne parlerait pas de vin bio ou non,tout serait bio et  point à la ligne...Mais ce monde n'est pas idéal et oui,nous pouvons tenter d'inverser le mouvement en choisissant des qualités bios mais faut il pour autant se passer d'autres vins,parce qu'ils ne sont qu'en lutte raisonnée?

Pour ma part ,quand je goûte un vin,avant de demander son profil complet,je me demande s'il est bon ou non,afin d'avoir le moins d'a priori possibles et si j'apprends qu'il est bio,tant mieux.Je privilégierais toujours un vin bio à un autre "traditionnel" s'ils sont de qualités équivalentes.

15:04 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bio, vin, pesticide |  Facebook |

31/03/2008

Après les oléoducs,voici les vinéoducs...

C'est l'idée qui se développe au sein de l'agence de développement à l'exportation des vins Corses.En effet,ceux ci sont peu distribués à l'exterieur de l'île de Beauté.Ils rencontrent des problèmes de coût,qui sont beaucoup trop élevés.

Ainsi,une idée a germé et s'est fait peu à peu une place:pourquoi ne pas créer un "vinéoduc" sur le modèle des oléoducs,qui relierait l'île au continent via Marseille.

Une plateforme destinée à collecter les vins amenés par camions-citernes  serait installée à Calvi,ensuite les vins en vrac seraient acheminés par le vinéoduc citerne par citerne afin de ne pas mélanger les lots.Toute une filière de traçabilité informatique va être crée,pour éviter les fraudes ou les mauvaises manipulations.

A Marseille,doit être construite une plateforme de réception ,avec une chaine d'embouteillage performante (capacité de 500000  bouteilles/an).Chaque vigneron enverra ses propres étiquettes à la chaine.

Si tout va bien ,les premiers travaux devraient commencer cet été et se terminer au printemps prochain,à temps pour les premières expéditions du millésime 2008.

Apprêtez vous à découvrir,si ce n'est déjà fait ,ces vins...

23:00 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vineoducs, vin, degustation, corse |  Facebook |

27/03/2008

Un petit défi,ça vous dit?

Alors puisqu'on est aussi là pour s'amuser,il m'est venu hier soir (et tard) une idée.Les accords mets et vins c'est très bien mais c'est toujours dans le même sens ou presque.On choisit d'abord une recette et ensuite on lui trouve un vin...pourquoi ne pas le faire dans l'autre sens?

Qu'est ce qui empêcherait après tout de choisir d'abord le vin et puis d'imaginer une recette pour lui tenir compagnie?C'est ce que je vous propose de faire,alors allez y ,n'hésitez pas  à faire travailler votre imagination,toutes les recettes seront les bienvenues...

Voici l'objet de votre attention:un vin du Rhône rouge,La glacière à Ferdinand,qui ne bénéficie pas d'aoc.

C'est un vin naturel,presque sans souffre.Les cépages en sont grenache,syrah et carignan à parts égales et 20% de mourvèdre.

Au niveau des arômes,c'est un vin plein,fruité(fruits rouges mûrs)avec tout de même une belle fraicheur,une pointe de réglisse.Il est assez puissant et droit et  développe en finale une pointe acidulée.Malgré sa matière,il glisse tout seul grâce à des tannins fins .Je lui trouve un côté très gourmand,avec un chouia de violettes.Un joli vin du Sud,sans excès de chaleur.La syrah lui amène en outre quelques épices douces.

J'espère qu'il vous inspirera...En tous cas,amusez vous bien!

14:36 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : accords mets vins, degustation, vin, jeu |  Facebook |

25/03/2008

C'est bio,c'est bon?

Pour le moment et de plus en plus,le bio est partout.Vêtements en coton bio,aliments divers,...Le vin n'est pas en reste et on trouve quantité de vins bios,en lutte raisonnée,ou plus extrème en biodynamie.Les consommateurs,de plus en plus attentifs à l'impact de leur  consommation sur leur santé,sont de plus en plus enclins à se tourner vers ce genre de vins,dits plus naturels.

Néanmoins,je crois qu'on peut se poser deux trois questions:

d'abord qu'entend-t-on réellement par vins bios?Est ce qu'un viticulteur qui ne traite pas ses vignes peut être considéré comme bio alors qu'il est cerné par d'autres qui pulvérisent abondemment tout autour de sa parcelle?Est ce que tous ces produits,super bien élevés,ne traversent pas les clotûres délimitant les parcelles?Est ce qu'un sol traité depuis des dizaines d'années se remet en quelques années seulement et redevient aussi pur et propre qu'avant ?Est ce que la pollution atmosphérique  passe gentiment son chemin aux abords des propriétés"propres"?

Je suis sûre que pour beaucoup de vignerons la démarche du bio est une vraie réflexion sur un retour à des choses plus naturelles,et que cette démarche est faite honnetement et en conscience.Mais il faut aussi souligner que pour d'autres,moins probes,c'est avant tout un argument marketing.

Et c'est là que je voulais en venir:le vin est il bon parce qu'il est bio,ou bien est il bon et bio?Il ne faudrait pas trop vite se fier au "tout bio".Je peux vous dire qu'en pourcentage on trouve sensiblement le même rapport de vins très mauvais,qu'ils soient bios ou non.Ces certifications ne doivent pas suffire à déterminer les qualités gustatives d'un vin.J'ai déjà trop souvent entendu:moi je ne prends que du vin bio parce que c'est forcément bon et meilleur pour la santé".Ce n'est pas toujours vrai et une piquette,qu'elle soit bio ou non,reste une piquette.Attention donc à choisir avec discernement!!!

Pour vous y aider,voici quelques bons vignerons:on ne peut pas ne pas citer Nicolas Joly,à Savennières.Sa coulée de Serrant est un pur nectar.Plus abordable,La grange aux Belles,le Domaine Des Huards,Henri Marrionnet,Domaine de Bellivière,Jo Landron,tous vignerons en Loire.

En Alsace,Frick,Zind Umbrecht,Blanck,Domaine de L'oriel(en conversion)

En Languedoc,Mas Jullien,Mas Conscience,Stella Nova,Aupilhac,Mas Siméoni,domaine de Costeplane,...

En Roussillon,Le clos des fées,domaine de la Pie Rouge,Gardiès,Traginer...

En Champagne,Les Roses de Jeanne,Laval,Jacquesson,Bollinger,Agrappart...

En Corse,Antoine Aréna,Domaine Leccia...

Voici donc déjà de quoi étancher votre soif de naturel et vous faire plaisir...

Bientôt,ne ratez pas un post sur les vins sans souffre!

 

21:26 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : biodynamie, ecocert, vin, degustation, bio, nature, naturel |  Facebook |