18/04/2008

Bordeaux ou pas Bordeaux,that is the question...

Si vous êtes observateurs,vous avez sûrement remarqué que je parle pas souvent de Bordeaux,voire jamais.Il y a plusieurs raisons à cela.

D'abord,je trouve rarement une bouteille de Bordeaux qui me fasse tomber de ma chaise et me rouler par terre de bonheur.Je trouve quelquefois de bons vins,mais rarement quelque chose d'étonnant ou d'interpellant.

La faute à quoi? Difficile à dire!Sont ce les prix des Bordeaux qui s'envolent allégrement pour certains chateaux,au point de faire douter que dans la bouteille il y a un vin qui se boit,...et que ce n'est pas quelque matière précieuse et intouchable,qu'il faut garder jalousement au secret d'une cave fermée à double tour.Certains vins sont devenus inabordables et ingoûtables,leur valeur spéculative ne cessant de grimper.Qui en profite?Quelques nantis chinois ou russes,qui je crois,ne toucheront pas à ces précieux flacons,mais les feront voir,comme on peut admirer un Picasso ou un Rembrandt.Le problème,c'est que le vin est fait pour être bu(je sais je me répète) ,on peut l'attendre,le laisser grandir,évoluer,mais à un moment,il faut qu'il puisse s'exprimer.

Quel dommage de prendre autant de soin pour ces vins "haute couture" et de ne jamais en profiter.Si c'est l'étiquette qui prime,alors les chateaux devraient les vendre à part,ça leur reviendraient moins cher et serait plus facile!

Des voix commencent à s'élever qui protestent contre l'absurdité des sommes atteintes par certains Bordeaux.A lire d'ailleurs,un article paru dans la RVF du mois Mars,avec une interwiew de AD Perrin,qui fustige les prix surfaits de certains "grands vins".Espérons que le calme revienne ,et que les prix baissent,sans quoi adieu tous ces crus....

L'autre problème de Bordeaux,c'est Bordeaux lui même.Il s'agit d'une région à part,assez traditionnaliste ou hyper moderne selon les cas,mais qui travaille énormément avec des oenologues conseils.(Les "flying Wine makers").D'autres régions le font aussi mais à Bordeaux ,c'est un argument commercial que de s'adjoindre les services d'un Derenoncourt,ou d'un Rolland.Dans l'absolu,rien de répréhensible à cela,mais le fait que très peu de wine makers se partagent beaucoup de vins n'aident pas à la diversité.Il y aura toujours une "patte" Derenoncourt sur ses vins,aussi divers qu'ils puissent être.

A croire qu'à Bordeaux,personne n'a le droit de faire son vin.Les cépages peu diversifiés ne peuvent pas suffire à expliquer la difficulté de trouver des vins originaux.En Bourgogne,ils y arrivent bien,et avec moins de cépages.Les terroirs sont suffisamment riches et différents pour arriver à produire des vins autrement plus excitants...

Ceci n'est pas le cas de tous les domaines(ou de tous les châteaux,à croire qu'il y en a plus à Bordeaux que d'habitants d'ailleurs...).Certains travaillent bien,à des prix raisonnables et n'ont pas encore cédé aux sirènes de la hausse des prix,mais pour combien de temps.

Pour terminer sur une note plus positive,une de mes dernières grandes émotions,c'était un Bordeaux,Cos d'estournel  pour ne pas le nommer,millésime 1996,en Saint estephe,qui acheté il y a quelques temps était encore relativement raisonnable au niveau prix,et qui s'est révelé d'une douceur et d'un velouté incomparable...une petite merveille!

20:30 Écrit par sandrine dans coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bordeaux, vin, cher |  Facebook |

17/04/2008

Et vous,c'était quand votre première fois?

Ne vous méprenez pas,ceci n'est pas une question de nature grivoise,mais je vous parle de la première fois où vous avez été touché par un vin,ému,bouleversé.Dans quelles circonstances,avec qui,quel vin?

On est parfois surpris de constater que ce ne sont pas forcément les crus les plus chers et les plus réputés qui nous procure des émotions,mais que parfois,un moment,une sorte d'instant suspendu,et la magie du vin opère...

J'ai goûté un nombre invraisemblable de bouteilles dans ma (jeune) carrière,mais une reste dans ma mémoire,auréolée d'une certaine magie...

C'est le premier vin digne de ce nom que j'ai goûté,avant mes expériences viticoles se résumaient au liebfraumilch et au mateus(sic)...J'avais dix sept ans,un nouvel amoureux et c'est lui qui m'a emmenée dans une cave en me laissant choisir un vin pour le soir.N'y connaissant rien,je suis partie du côté des blancs,et avisant une bouteille dont l'étiquette me plaisait bien,je l'ai ramenée au comptoir à mon amoureux qui souriait...J'ai compris plus tard pourquoi.

Ce vin,c'était un Alsace de chez Deiss,un pinot gris en grand cru,une pure merveille.Le genre de vins qui fait soit s'effondrer les certitudes soit les révèlent.Pour moi,ce fut la deuxième solution:j'ai été éblouie par l'éclat,la pureté du vin,et certaine que ça allait devenir une passion dévorante,au point de laisser tomber mes études de littérature pour m'inscrire en hotellerie...Ensuite,j'ai su ce soir là,avec ce vin magique,que ce nouvel amoureux allait être le bon,et presque neuf ans plus tard,il est toujours là ,on est marié,et on a un adorable petit garçon....

Alors,je n'ai plus qu'une chose à dire:

MERCI MARCEL!

18:05 Écrit par sandrine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vin, degustation, premiere fois |  Facebook |

Quel verre choisir?

Et oui grave question,une fois que vous avez une bouteille de vin à la bonne température,et tout et tout,comment la servir au mieux et plus précisément quels verres utiliser...

Pour les vins blancs et rouges,il existe une infinité de verres "adaptés" à l'appelation ou à la région(verres à Alsace,verres à Bourgogne).Ces verres ne sont pas souvent ce qu'il y a de mieux pour goûter.Je m'explique:

Le verre à Alsace est un ballon,assez petit,avec un pied coloré,tout ce qu'il ne faut pas faire.le vin a tout de même besoin d'un peu de place pour s'exprimer,et de transparence pour laisser admirer sa couleur.Exit donc les verres colorés(Je sais que c'est joli sur une table,mais alors utilisez ce type de verre pour l'eau...).

Le verre à Bourgogne est à contrario trop grand.Je défie quiquonque de goûter convenablement dans un bocal à poissons.

Ces verres ont été crées il y a longtemps et ne correspondent plus aux vins actuels.Avant,bien "aérer " un Bourgogne était indispensable....Maintenant ce n'est plus autant de rigueur,et si cela s'avère nécessaire,il reste la carafe!

Donc,nous avons parlé de transparence,de taille(ni trop grande,ni trop petite).Il faut encore y ajouter d'autres qualités dont la forme.

Un verre à vin ne doit pas être trop évasé sur le dessus afin d'éviter une trop grande déperdition d'arômes,mais pas trop étroit dans le bas,pour qu'il puisse s'aérer et les libérer.Le verre doit donc en quelque sorte "emprisonner" les arômes.Voilà pourquoi on préconise généralement une forme "tulipe".

Trois types de verres:verre Inao,verre schott,verre Spiegelau

IMG_1643

La finesse a également une importance,elle permet d'apprécier plus aisément un vin.Le problème est que qui dit verre fin,dit fragile et donc casse possible.Il faut donc être prudent!

J'ai moi même eu longtemps une préférence pour les Spiegelau et les Riedel,mais je viens de faire des essais avec un nouveau verre qui m'a bluffé.Ce verre un peu particulier au premier abord s'est révelé très efficace en dégustations professionnelles et très solide.Ce verre est tiré de la collection Chef et Sommelier et réalisé en Kwarx(et il passe au lave vaisselle!)

A signaler également,le tastevin ou tâtevin,plus utilisé de nos jours ,mais qui reste l'instrument officiel des dégustateurs bourguignons.La confrérie des chevaliers du Tastevin est sise au Clos Vougeot.

IMG_1650

Il existe aussi des "verres " spécialement étudiés comme la série des impitoyables(L'esprit et le vin) où on trouve un verre différent pour chaque type de vin(vin rouge jeune,vin rouge âgé,etc)et même un "taster"(convenant pour tous les types de vins et d'alcools).On m'en a offert un et je dois avouer qu'il reste dans l'armoire.Je ne suis pas totalement convaincue par cet outil.

IMG_1647

Pour le champagne,oubliez les coupes(selon la tradition moulées sur le sein de la Pompadour ) et préférez les flûtes.Il en existe aussi de différentes formes,dont des formes "tulipes" à privilégier selon moi.Les formes trop élancées révèlent moins les arômes.A la rigueur,vous pouvez aussi servir les effervescents dans des verres à vin(grands champagnes,etc).

IMG_1642

Bonne dégustation!!!

09:16 Écrit par sandrine dans Questions-réponses | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : verres, vin, degustation |  Facebook |

16/04/2008

Un petit cadeau?

Yquem a décidé de se défaire de quelques bouteilles dont certaines centenaires,(  1892, 1896 et 1899.) Mais on retrouve aussi des crus rares de 1909, 1921 ou datant de la 2ème guerre mondiale. Ce mercredi, un lot unique de 136 bouteilles sera vendu aux enchères a Londres. Son prix : environ 150.000 euros. Demain, à partir de midi,il faudra vous rendre sur le siteWineandco pour acquérir un des  65 millésimes de cette collection vendus en ligne.

Bon je ne suis pas une fan absolue de Sauternes,mais si l'un d'entre vous veut me faire un cadeau,je ferais un effort...

08:45 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : cher, vente, vin, sauternes |  Facebook |

15/04/2008

Interdiction de parler de vin!

Et oui,si ça continue,ce sera bientôt comme ça,du moins en France.

Aucune boisson alcoolisée ne doit faire l'objet de promotion et de publicité.L'ennui,c'est que le vin ,ce n'est pas que de l'alcool,c'est aussi un produit culturel et historique.

L'histoire de la vigne et du vin se perd dans la nuit des temps.Ce qui est sûr,c'est qu'il a toujours bénéficié d'un statut particulier,le placant bien au dessus des autres boissons.Tantôt vin de célébrations et cérémonies de toutes sortes,tantôt vin "aliment",son histoire ou plutôt ses histoires sont nombreuses,riches ....

Réduire le vin à un taux d'alcool serait une grossière erreur.Je ne crois franchement pas que ce soit un produit si dangereux et que les gens soient si irresponsables pour qu'on doive leur interdire.Une consommation raisonnable et mesurée,outre qu'elle peut amener plaisir et convivialité,est aussi bonne pour la santé(French Paradox) alliée à une alimentation équilibrée et à de l'exercice physique régulier peut prolonger qualité et durée de vie(étude danoise  récente).

Et puis,ouvrir une bouteille ne se résume pas à boire,mais bien à titiller tous nos sens,à découvrir un patrimoine,une histoire,les gens qui sont derrière,leur passion pour leur bout de terre et ce qu'ils peuvent en tirer...

Le vin,ou plutôt la culture du vin ,devrait être enseignée tôt,afin d'éviter des consommations maladroites et parfois excessives.C'est la même chose en cuisine,un palais bien éduqué apprendra à jouir de bons produits simplement.

Est ce que on interdira un jour le foie gras parce qu'il peut faire grossir,la musique parce qu'écoutée trop fort elle peut rendre sourd,...

L'alcoolisme,argument numéro un avancé pour justifier cette levée de bouclier contre le vin,est une maladie grave,certes.Mais si certains alcooliques boivent du vin,tous les buveurs de vin ne sont pas alcooliques et ne le deviendront pas un jour.

Il est quand même incroyable qu'au pays de la gastronomie on ne puisse plus parler d'un de ses produits les plus emblématiques.Evidemment,le fait que son président ne semble guère apprécier le breuvage ne va surement pas aider à faire bouger les choses....Et pour comble d'ironie,le même proposait d'élever la gastronomie française au patrimoine mondial (Unesco) il y a quelques semaines.Quid du vin?

 

11:45 Écrit par sandrine dans coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vin, interdit, coup de gueule |  Facebook |

12/04/2008

Comment devenir un expert en 5 min? 3

Suite des posts précédents pour complèter votre prestigieuse formation d'expert(pour ceux qui n'auraient pas assisté aux deux premières leçons,le rattrapage c'est par là:
  • comment devenir un expert en 5 min et comment devenir un expert en 5 min ,II )
  • Nous voici donc maintenant en situation chez un vigneron...

    D'abord et avant tout,laissez votre femme au choix:a l'hôtel,au centre ville(virée shopping),dans un musée,sur le parking du supermarché du coin,pourvu qu'elle ne vienne pas avec vous!Le vin est affaire d'homme ...

    Si toutefois,vous ne pouviez pas faire autrement,tant pis,mais pourvu qu'elle se taise!

    Arrivés au caveau,vous saluerez cordialement le vigneron,mais pas trop:il ne faudrait pas qu'il croie qu'il a partie gagnée.

    Avant de goûter,assurez vous de la présence réelle et bien réelle d'un crachoir.Un vrai crachoir,j'insiste,pas le vase que la femme du vigneron allait justement remplir de fleurs toutes fraiches.Ca vous évitera de cracher dans un récipient innaproprié ou pire ,de vous retrouver la bouche pleine,à faire des signes désespérés tel Bernardo à Zorro,afin qu'on vous indique un crachoir....Imaginez un type rouge et faisant des moulinets avec les bras,c'est tout de suite moins convainquant comme expert,non?

    Si vous goûtez un vin blanc,posez la question "malo ou pas malo"?(la fermentation malolactique,communément appelée malo,dégrade l'acide malique en lactique et permet de faire chuter un peu l'acidité du vin)

    La réponse vous importera peu,mais le vigneron sera fier de vous exposer les raisons de son choix.Evidemment,vous hocherez la tête d'un air convaincu.

    Pensez aussi à parler de skin contact,(macération pélliculaire),ça fait toujours bien...

    Mots à replacer à l'occasion:microbullage,osmose inverse,cryoextraction,etc.Pas facile,mais efficace!

    Pour un rouge,ne demandez pas s'il a été veilli en fûts,mais combien de temps il a été élevé.C'est toujours mieux un vin poli,non?

    Demandez l'assemblage,mais attention pas partout(en Bourgogne,vous seriez grillé!)

    Si vous êtes en France,surtout ne parlez sous aucun pretexte des vins du nouveau monde,sinon parlez abondemment des vins français...

    Pour faire vraiment pro,vous pouvez prendre qq notes(vous n'êtes pas obligé d'écrire ce qu'on vous dit,mais griffonnez n'importe quoi,l'important c'est le carnet et le stylo,ça ça vous pose un homme!

    Enfin,quand vous serez arrivés au bout de la gamme ,remerciez le,et hop,en voiture Simone....vers de nouvelles aventures!

     

    18:23 Écrit par sandrine dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : humour, vin, degustation |  Facebook |

    09/04/2008

    Une fois n'est pas coutume!

    et oui,on va un peu changer de sujet pour une fois:j'avais envie de vous parler d'un bouquin que j'ai adoré...

    Il traite de gastronomie,mais de bien plus que ça.C'est en fait l'histoire d'un écrivain,Bill Buford,entré en cuisine comme on entre en religion,poussé par une passion dévorante et une soif d'apprendre telle qu'il devient stagiaire dans un des plus grands restos italos américains de New York.En fait de stage,c'est un véritable parcours du combattant,à la quète perpétuelle des plaisirs gastronomiques et de leur conception.

    Le rythme virevoltant du bouquin traduit bien l'exaltation du commis,l'effervescence qui règne dans les cuisines au moment du service,et les personnages un peu "barrés" qui peuvent y exister.

    On suit avec envie et délectation les tribulations de cet écrivain qui ira même se perdre dans un village du fond de l'Italie pour y retrouver les sources de cette grande cuisine.

    En tous cas,j'ai passé vraiment un bon moment avec ce bouquin et je vous le recommande!et avec un verre d'un  bon amarone ou un primitivo ou un brunello ou une falanghina ou...c'est encore mieux!

    "Chaud Brûlant",Bill Buford,chez Christian Bourgeois éditeur

    13:28 Écrit par sandrine dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gastronomie, livre, vin |  Facebook |