26/09/2008

le vin pour les cruches

Ceci est un message réservé aux filles, femmes, demoiselles. ..Bref, toute personne de sexe féminin.Dans ma grande bonté, j'ai eu envie de vous filer un coup de main à vous, oui vous qui vous remettez du gloss. Je vous ai vu! Vous qui buvez des kirs , parfois même royaux, et êtes pompette ( comme je hais ce mot) après deux gorgées..

Les filles, voici le moyen de ne plus faire vos gourdasses... On y va ?

D'abord, vous allez commencer par m'ôter ce cassis de votre vin blanc. Bridget, elle a tout compris, elle, elle en met pas dans son chardonnay ! Il y a de très jolis vins, sympa, fleuris, parfumés, de ceux qui vous donnent envie de plonger le nez dedans comme dans un flacon de Panel n°5... Vous me croyez pas? Tentez de respirer les délicats effluves d'un gewurtzraminer, ou d'un beau muscat sec.

Ensuite, on enlève  ses jolies mains du verre, et on le saisit gentiment et correctement. Par la jambe, voire par le pied. Parce que oui, on n'estime jamais assez le pouvoir stimulant des membres inférieurs... Et puis surtout, sachant que le vin a un peu de mal avec les différences de température, on évite de chauffer le calice avec sa paume, si délicate soit elle.

Au resto, on n'hésite pas à goûter, surtout, on ne se retranche pas derrière des rires génés et des roucoulements mignons ( croit on), on y va d'un air franc et décidé. Et si on aime pas, on le dit.

Si on nous demande un avis, on le donne. Alors là, je sais vous paniquez, vous avez peur de dire une betise. Le meilleur moyen de ne pas en dire est simple. Dites ce que vous sentez, point. Vous sentez le chocolat, ou l'abricot? Dites: " ça sent le chocolat ( ou l'abricot) . C'est pas dur, hein? Suffit de dire ce qu'on pense, je sais, au début, ça vient pas tout seul, mais bientôt ce sera naturel !

On ne confond plus Bourgogne ( les moines, les clos, les climats, le chardonnay, le pinot noir) et Bordeaux ( les crus classés, le saint emilion , les cabernets, le merlot, les chateaux),crémants ( c'est fabriqué comme le champagne, mais ailleurs , et avec d'autres cépages ou pas), et champagne ( c'est fabriqué comme les crémants mais en champagne)....

Et puis surtout on se laisse guider par ses sens, on reste à l'écoute de ses papilles..Que celles qui n'ont pas encore goûté au charme ravageur d'un Amarone, à la puissance virile d'un Saint Chinian, à la délicate séduction d'un grand riesling, à la profondeur intense d'un pacherenc de Vic Bilh, s' y essaient.

C'est tout un monde de volupté qui s'offre à vous, par petites gorgées. Point n'est besoin d'en user jusqu'à l'ivresse, c'est dans la mesure que vous trouverez vos plus grands plaisirs.

Ps: si vous êtes un homme, et que vous avez quand même lu cette note... ben, les conseils peuvent s'appliquer à vous aussi....

 

 

13:33 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : les filles et le vin |  Facebook |

25/09/2008

C'est un ordre !

Des fois je suis fière de moi. Et vous allez voir qu'il ne m'en faut pas beaucoup.

Depuis un temps incalculable, je bassinne l'homme avec mes désirs de faire des pizzas moi même, mais comme toutes ces entreprises où il faut temps et organisation, celà restait du domaine du fantasme.

Plonger mes mains dans la pâte, la malaxer, la laisser reposer, voir si elle gonfle, puis l'étendre, la garnir... Bouh ! j'aurai jamais la patience me disais je...

Que nenni !

Grâce à Mark, qui pour une fois nous offrait une recette dont le titre contenait moins de cinq cent mots,(visez un peu ça Pizza Margharita , étonnant tant de sobriété, non ?)  je me suis dit : " allez hop !" ( et advienne que pourra).

Voilà ce que ça a donné... La garniture se compose de coulis de tomate, mozzarella, fruits de mers, anchois et un peu d'un mélange d'herbes italienne.

IMG_2519

Avec ça, qu'est ce qu'on boit?

Soit on se la joue blanc, et alors on envisage pourquoi pas un cataratto de Sicile, ou en rouge un primitivo des pouilles, des vins terriens ( dans le bon sens du terme) qui respirent les vacances. En france, on peut se laisser tenter par un Picpoul de Pinet, ou un Gaillac rouge pas trop costaud.

Quoi qu'il en soit, à vos blanches mains, et faites des pizzas, tudieu !

14:13 Écrit par sandrine dans p'tites recettes | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : pizza nous voila |  Facebook |

23/09/2008

Les ajouts dans les vins

Suite à l'article de Mark http://passion-cuisine.skynetblogs.be/post/6274727/un-peu..., j'ai eu envie d'apporter ma petite pierre à l'édifice.

D'abord, replaçons les choses: il existe une législation européenne visant à interdire certains ajouts, tandis que d'autres sont autorisés.

Sucre,( chaptalisation) blanc d'oeuf, ou gelatine ( pour coller le vin, c'a-d enlever une partie des indésirables) ,les levures selectionnées peuvent aussi faire partie de la panoplie du vigneron ( ces microorganismes, faisant démarrer les fermentations se trouvent naturellement sur la peau des raisins, mais suite à des traitements ou par sécurité, certains leur préferent les sélectionnées), l'acide tartrique ( et non chloridrique), le souffre, sont autorisés et pour ce dernier un passage presqu'obligatoire.

Il va sans dire qu'un produit autorisé par l'union, peut être interdit par une législation interne au pays.

Premier exemple: les copeaux.Certaines restrictions sont imposées, qui limitent significativement leur utilisation. Il reste interdit d’ajouter des copeaux dans les moûts. Ils ne sont autorisés que sur les «vins finis». Cela revient à dire que les copeaux ne sont pas autorisés pendant la vinification, mais seulement une fois les fermentations terminées, lors de l’élevage .

En Suisse, l'autorisation des copeaux est accordée.

 L'Italie y est elle même assez favorable, jusqu'au niveau des DOC ( les Docg y échapperaient).

La France n'autorise que les vins de table et les vins de pays a les utiliser.

Cette pratique, fort courante dans les pays du Nouveau monde, et aux Usa, permet de baisser drastiquement les coûts tout en donnant ces fameux arômes toastés , grillés, vanillés recherchés par certains.

Le «Barrel Aged» devient«Oak Aged " et le tour est joué!  Pourquoi? Parce que tout simplement, le vieillissement en fûts est réservé normalement aux grands vins. En recherchant le goût de bois, on a l'impression de toucher aux étoiles du monde du vin, et les copeaux permettent de le faire sans se ruiner. Que demande le peuple?

Pour reprendre les propos de Jancis Robinson, la célèbre master of wine : «Les copeaux ne sont pas nécessairement un mal : ils donnent au vin le type de saveur que le consommateur recherche pour un prix infiniment moins élevé qu'une maturation en véritable fût de chêne».

Et oui, on en revient toujours à la même chose: le prix! Celui que le consommateur est prêt à mettre. Quand on connait le prix d'une barrique neuve, il est impensable de trouver des vins sous bois à 2, 50 euros.

Quelle sera la différence avec un vrai vieillissement sous bois? La subtile oxygénation durant l'élevage va modifier légèrement les arômes du vin, elle ne fera pas que l'aromatiser. C'est toute la différence.

L'Europe autorise le souffre ( agent stabilisant, anti oxydant, etc), et l'acide tartrique ( acidification), de même que la chaptalisation ( ajout de sucre pour faire monter le degré alcoolique). A ce propos, elle envisage d'interdire le sucre au profit des moûts concentrés rectifiés ou de l'osmose inverse. ( technique qui consiste à enlever une partie de l'eau contenue dans le raisin, faisant ainsi augmenter le taux de sucre, l'acidité, mais aussi les défauts éventuels tels qu'amers, astringence, etc). Cette dernière méthode, se révèle indetectable.

La chaptalisation en France est interdite dans les régions du Sud, mais est autorisée en Alsace. Certains vignerons et oenologues souhaiteraient son interdiction, surtout par mouts concentrés rectifiés, qui contiendraient selon eux des substances dont l'inocuité n'est pas prouvée.Leur argument: un bon vin, c'est d'abord un bon raisin, équilibré en sucre et acidité, contenant suffisamment de l'une et de l'autre.

En ce qui concerne les arômes,ou les tanins, à ma connaissance, aucune autorisation n'est prévue au niveau de l'Europe,par contre on peut jouer sur la sélection de levures pour "aromatiser" ( voir Beaujolais).

Le problème de l'aromatisation, c'est qu'elle n'est pas interdite au niveau de L'OMC ou même de L'OMS, ces deux organisations n'interdisant que des substances dont la dangerosité a été prouvée. Tout ce qui n'est pas interdit, est donc autorisé.  Si l'Europe voulait faire barrage aux vins aromatisés, il y a fort à parier que les producteurs de ces vins se tourneraient vers l'OMC en évoquant une interdiction contraire à ses directives , et une façon détournée de faire du protectionnisme. L'Europe ne peut donc pas empecher ces vins d'arriver sur le marché.

Que conclure de tout celà?

Encore une fois, je vais me répeter, mais:

Le prix est aussi un moyen de pression que les consommateurs mettent sur le vigneron et sa production. Accepter de payer un prix juste pour un vin, reconnaitre qu'un vin vieilli en fûts coutera forcément plus cher qu'un vin en cuve.

Pour les vignerons, ceux qui respectent leurs raisins, qui travaillent raisonnablement, récoltent à maturité, ne devraient pas avoir besoin de ces parades.

Un vin, c'est bien plus qu'un jus de raisin fermenté, c'est plus qu'un arôme de vanille ou de cerise, c'est de la sueur, du sang, des larmes, des mains écorchées dans les vignes, de la patience, du doigté, de l'amour...

 

15:44 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : europe, vins, ajouts |  Facebook |

21/09/2008

Accord mets vin, la tatin

J'aime , j'adore la tarte tatin. D'abord parce que c'est archi facile à faire. Ensuite, c'est excellent. Peu d'ingrédients et pourtant tellement de saveurs.
Ici une tarte ne fait pas long feu...

Alors pour obtenir ceci:

IMG_2506

(Qu'on retourne bien évidemment)

On prend des pommes que l'on coupe en tranches ni trop fines ni trop épaisses. Dans le fond d'un moule à tarte( s'il est en silicone, on ne fait rien, s'il c'est un moule classique, on le beurre), on parsème de sucre, on pose les pommes plus ou moins artistiquement, on ajoute un peu de sucre sur le dessus et de petits morceaux de beurre et d'un soupcon de cannelle. A four très chaud, on laisse 10 min, le temps de caraméliser un peu les pommes, puis on baisse la t° et on abaisse de la pate feuilletée par dessus. Quand c'est doré, c'est prêt. On laisse refroidir avant de démouler et de retourner.

Et avec ça?

Qu'est ce qu'on boit?      Pourquoi pas un bon cidre fermier... Pour rester dans la note pomme. Si l'on veut du plus chic, un champagne à base de chardonnay, pas trop brut peut être un joli accord.Quoiqu'il en soit, les bulles avec le dessert, c'est souvent fort agréable.

j_1

On peut aussi se tourner vers des gaillac doux, préservant suffisamment de fraicheur mais dont le moelleux est confortable.

Et pourquoi pas, si l'on a envie d'un peu d'originalité, servir un pommeau de normandie, peut être plus à son aise sur une fin de repas qu'en apéro?

Les possibilités sont nombreuses.

Ps: pour les gourmands, la boule de glace est autorisée ....

19/09/2008

Le jeu: nous y voici !

vous étiez impatients... Voilà, on y arrive.

Le jeu est arrivé. A vos mandolines, économes, sauteuses... bref soyez armés.

Les règles sont les suivantes:

  • Je propose un vin. J'en donne les explications qui paraissent nécessaire. Bien sûr, rien ne vous empêche de chercher vous même d'autres infos qui vous paraitraient pertinentes.
  • Vous trouvez, inventez, adaptez une recette... A vous de l'envoyer, par mail et en pièce jointe s'il vous plait, avec une photo l'illustrant.
  • Vous devrez bien entendu indiquer les ingrédients ainsi que le déroulement de la recette, et aussi pourquoi vous avez choisi cette recette pour le vin en jeu.
  • Publier cette recette sur votre blog en indiquant votre participation par un lien
  • Un jury, composé d'illustres dames ( oui, y a que des dames, mais de qualité, et puis c'est moi qui choisit! na !)de la blogosphère sera chargé d'évaluer les recettes. Originalité, réalisation, présentation seront les trois grands critères.
  • Votre recette doit être facilement reproduite , et raisonnable en coût. Inutile de recourir au caviar osciètre donc.
  • Vous avez jusqu'au 15 octobre pour envoyer vos recettes.
  • Le gagnant ou la gagnante se verra attribuer un prix surprise.

Je vous attend nombreux. Point n'est besoin de recettes compliquées, pensez surtout goûteux et à l'accord avec le vin.

Alors prêts?

Partez !

Le vin: Canon Fronsac, Chateau Canon Pécresse 2004,

Rouge, bordelais, propriété de la famille Pécresse, de 4,5 ha, le renouveau de ce vignoble vient d'une profonde restructuration.

Ce qu'on peut en dire: un nez profond de cerise noire, une pointe de menthol, un peu de tabac blond. La bouche est soyeuse, pleine de fruits rouges et noirs frais ( cerise, mûre, fraise, ...). Les tannins sont fins et élégants, ne masquent pas le côté charnu de ce vin. La fraicheur entrevue au nez persiste, et donne du relief au vin, qui en outre possède une légère amertume en fin de bouche. Rond sans être sans âme, puissant sans être body buildé, c'est un vin de caractère, mais aussi de race. L'élégance le caractérise assez bien.

vin rouge charmeur et puissant, mais avec une fraicheur bien présente.

Vous pouvez bien sûr vous rafraichir la mémoire en allant faire un tour du coté du tag " accords mets vins "

A vos casseroles !

10:48 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : jeu, accords mets vins, canon fronsac |  Facebook |

18/09/2008

Des fraises tag ada, non, juste un tag !

Et voilà encore un tag. Bon, celui là, je le fais parce qu'il me vient de VB, http://www.virginiebichet.org  ( et pan, voilà le premier point du réglement: mettre en lien la personne taggée, de réglé).

Alors qu'est ce que je dois faire de vachement compliqué? Une voix me souffle: indiquer le réglèment ! Bon, d'accord, j'y viens j'y viens. C'est simple, prenez un bouquin, ouvrez le page 123, ( oui, il faut qu'il ait 123 pages minimum, les bédés ça compte pas donc), on va à la ligne 5 et on recopie les 5 lignes qui suivent. Et (quand vous aurez vu de quel livre je vais parler, vous comprendrez comme cette histoire de ligne m'a fait hurler de rire)puis parce qu'on est des gens bien élévés, on cite ses références, nom auteur, éditeur et année d'édition.

choisir un livre, l'ouvrir à la page 123: bon, j'aime autant vous dire que ça me contrarie un chouia, parce que j'en étais à la 118... mais bon, en même temps, je l'avais déjà lu, ce n'est qu'une relecture plaisir...

recopier à la cinquième ligne, les cinq lignes:

"(surplom)bant la piscine éclairée et le jardin derrière la maison et le grand champ bordé par les bois. Les arbres avaient l'air noirs et tordus sous la lumière orangée de la lune.J'ai avalé la vodka.Je me suis demandé:les étranges lumières clignotantes dans le ciel bas et gris que les gens avaient dit avoir vues en juillet dernier avaient"...

Indiquer les références:Ce livre que j'ai aimé au point de le relire, c'est Lunar Park, de Bret Easton Ellis, édition Robert Laffont, 2005;

Qui vont être les heureux taggés ( 4)? 

http://un-cuisinier-chez-vous.skynetblogs.be/ je suis sûre que lui va nous dégoter un truc sympa, et surement à se pourlécher les babines

emmanuel parce qu'il m'a donné envie de lire un livre bulgare, et ça c'est pas rien

logorrhée j'aimerai bien savoir ce qu'elle lit...

 http://passion-cuisine.skynetblogs.be/     je connais nombre de ses goûts culinaires ( stilton et ossau iraty) mais que lit Mark?

Les prévenir: bon, ça va, j'y vais ho!

 

20:40 Écrit par sandrine dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : tag |  Facebook |

Pub et alcool

Dans un de mes derniers posts, je vous parlais du problème alcool et de la publicité autorisée ou non en la matière.

La notion de plaisir ne doit plus y être associée.
Mais que penser alors du slogan d'une célèbre marque de genièvre, qui sort pour les fêtes une pub avec ce message:

" Le Père Noêl boit du P... Vous aussi? "

Perso, je trouve ça un peu limite. J'imagine que les créatifs ont du trouver ça très drôle. Après tout, le Père Noel a déjà gagné sa belle couleur rouge grâce à une fameuse marque de limonade ( oui, mes petits enfants, avant il était tout de vert vêtu, ...). Qu'est ce qui empecherait le marketing, fut il de spiritueux de le récupérer une autre fois? Donc le père Noêl boit trop sucré, mais ça on le savait déjà, et en plus maintenant il est picôle? Quel diable de subversion ce père Noêl!

Et vous, vous en pensez quoi?

 

13:42 Écrit par sandrine dans coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : pub, genievre, pere noel |  Facebook |