02/09/2008

Dimanche, on fait quoi?

De dimanches en dimanches, les promenades gourmandes s'enchainent. Cette fois, c'était fête du fromage à Harzé, dans la cour du chateau. ( Bon pour les photos, vous m'excuserez, mais j'ai pas le talent de certains ...)

IMG_2455

 

IMG_2450

IMG_2451

Qu'il était difficile de ne pas se laisser tenter: un chèvre aux poivre par ci, un Harzé par là, un peu de Montemagno et de Pecorino pepe rose, et last but not least, pour faire honneur à Philou, du herve! Du vrai, pas celui d'une société bien connue.

Nous y avons également fait emplette de charcuteries artisanales, d'un superbe sirop de Liège sûr, et pour Ugo, des yaourts de ferme. Du goût en veux tu en voilà....

De quoi se concoter un beau plateau repas pour se remettre de la promenade !

IMG_2460

14:36 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : balade, miam |  Facebook |

31/08/2008

On part au soleil (2)

Dans notre balade provencale, nous en étions donc aux coteaux d'aix.... Encore juste un petit mot à propos de cette appelation. Dernièrement, nous avons ressorti de la cave un 1995, de chez Peter fisher, le grand Rouge de Revelette. Et bien, dites donc, qu'est ce que c'est bon quand c'est bien fait, ces vins là. Le permier nez nous semblait un peu austère ( des années de couvent, ça vous intimide.....même si notre cave est maintenant plus fréquentée par les araignées et les salamandres que par les nonnes, leur ombre y plane rtoujours semblerait il!). Et puis, à l'agitation, le nez se délie,une belle cerise, voire du kirshé, du tabac, de la girofle, du santal, un peu de rose. La bouche est sévère encore au premier abord, mais après un peu d'aération dans le verre, elle livre toute sa gamme d'arômes toujours avec une dominante de cerise noire, un peu de mûre, les épices du nez sont moins marquée, remplacées par des notes fumées, les tanins sont présents sans agression, le vin est presque crémeux tellement il est suave, et la rose lui donne du mystère. C'est joli....

Ensuite, nous avons les Baux de Provence.ici on produit des rouges et rosés, au pied des Alpilles. Les cépages : Grenache et Syrah, et aussi Cabernet sauvignon, Cinsault, Carignan, Mourvèdre, Counoise. Le sol est aussi à dominante calcaire. AOC récente, puisque crée en 1995, il existe aussi aussi des minima de vieillissement ( 12 mois).

Les coteaux varois: s'étendant sur 1600 ha, et 24 communes, L'AOC créée en 93 produit une majorité de rosés ( plus de 80 %) et rouges et un peu de blanc. Pour les blancs, la rolle est dominante, mais elle doit être accompagnée d'un autre cépage comme la clairette, l'ugni, la grenache blanche, le semillon....

Pour les rouges, on impose grenache et syrah à 80 % minimum. Pour les rosés de saignée, grenache cinsault à 70 % minimum. Pourquoi?  Pour éviter d'avoir des vins à majorité de cabernet sauvignon, qui n'est pas forcément le cépage typique de l'endroit, mais offre facilité de culture et uniformité du goût. Pour préserver un maximum de typicité , on essaie donc d'encourager les producteurs à travailler grenache, cinsault et syrah. Le terroir est ici argilocalcaire avec des silex.

Passons aux coteaux de Pierrevert. Des appelations de Provence, c'est surement la moins connue, elle se situe près de Manosque, sur la rive droite de la Durance essentiellement.Appelation créée en 1998, elle produit une majorité de rouge sur un sol d'éboulis calcaire.

Les vins blancs doivent provenir d'un assemblage d'au moins deux cépages,(Ugni blanc, Grenache blanc, Clairette, Marsanne, Roussane & Picpoul) chacun d'eux ne pouvant à lui seul dépasser 70% de l'assemblage. Les vins rosés doivent provenir d'un assemblage d'au moins deux cépages parmi lesquels le grenache noir pour 50% au minimum et la syrah pour 20% au minimum.

Pour les rouges et rosés, on peut retrouver :Grenache, Carignan, Syrah, Cinsault, Mourvèdre, Oeillade & Terret Noir.

Et enfin, nous arrivons aux côtes de Provence: l'appelation générale s'étend sur les départements des Bouches du Rhône et du Var, plus une commune dans les Alpes maritimes. Les sols sont généralement pauvres en humus, perméables et caillouteux. Evidemment, il y a ici une prédominance des rosés ( qui l'eut cru?). Difficile de s'y retrouver dans cette appelation vaste ( 21 000 ha).

Les cépages rouges sont Grenache, Cinsault, Tibouren, Mourvèdre et Cabernet Sauvignon ainsi que syrah. A noter, les deux derniers doivent rester des " complémentaires. En blanc, on a la Rolle et le Sémillon  qui remplacent petit à petit l’Ugni-Blanc et la Clairette.

Pour mettre en avant des productions plus particulières, furent créées les Cotes de Provence Sainte victoire et cotes de Provence Fréjus.

Pour la première, un micro climat plus froid et sec, dans les communes suivantes Châteauneuf-le-Rouge, Le Tholonet, Meyreuil, Peynier, Puyloubier, Rousset, Trets, Pourcieux et Pourrières. justifiait une appelation séparée.Les rouges et rosés sont produits à base des cépages  cinsaut, grenache, syrah et mourvèdre, cépage complémentaire. Les blancs ne sont pas encore en AOC, leur production étant trop anecdotique selon L'INAO.

Les sols sont aussi un peu plus qualitatifs, on distingue par parcelles les vins pouvant prétendre à L'aoc sainte victoire, le panel des cépages étant restreint, on essaye ainsi de préserver les locaux.(Grenache/Syrah/Cinsault doit représenter plus de 80 % de l'assemblage -, - Grenache/Syrah ne peut être inférieure à 50 % pour le rouge.). Les rendements autorisés sont aussi plus bas.

En ce qui concerne Fréjus, l'appelation n'est pas encore officielle. Mais ça ne devrait plus tarder.

Alors voilà, j'espère que vous avez apprécié la balade. Demain, je vous indiquerai quelques bonnes adresses.

 

 

10:02 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : balade, provence |  Facebook |