24/11/2008

Beaujolais Nouveau

Le Beaujolais Nouveau. La belle affaire. Chaque année, il revient. Et pas pour faire que des heureux. Parce que oui,faut quand même bien avouer que bon nombre de beaujolpif sont nettement imbuvables, voire carrément dangereux.

Maintenant, reste à considérer ce produit marketing avant tout pour ce qu'il est: un easy drinking wine, simple et sans prétention. Facile à boire avec les copains et un peu de charcutailles, c'est la tradition contre laquelle on soupire mais à laquelle on ne peut s'empecher de souscrire chaque année.

Alors comment on fait pour pas prendre trop de risques et choisir au moins du buvable voire du bon?

D'abord, on oublie les vins à 1. 50 euros, voire 2 euros qu'on trouve en grande surface. Ne pensez pas avoir du vin qui se boive à ce prix là.

Puis on privilégie les vignerons artisans, qu'on connait et dont on apprécie les cuvées à l'ordinaire. Parce que le Beaujolais Nouveau, c'est n'est qd même qu'une démonstration technique de savoir faire, faut pas se leurrer.

Bref.

Et comme moi j'aime bien faire des trucs étranges, on va goûter ici le Beaujolais Nouveau .... 2007. Oui, j'avais gardé des bouteilles l'année dernière, d'un vigneron de Morgon, Vincent Donzel. Alors ça donne quoi?

Et bien, un nez assez franc, un peu lactique mais sans excès, des fruits noirs genre cerise, une bouche fraiche et fruitée, et encore une belle tenue pour un vin qui n'aurait pas du survivre si longtemps. Vraiment le vin typique du vin de soif. Pas de présence alcooleuse ou tannique, juste du jus en bouche.

Et pour ceux que ça interresse de connaitre le millésime 2008, on va par

31/10/2008

Des poules qui nagent?

On me l'aurait dit, je l'aurai pas cru.

Une swimming poule, qu'est ce que ça peut bien être?

Et bien un vin du beaujolais, blanc du domaine de l'Ancestra, vin de table à base de chardonnay.

Et sans soufre. Pile pour coller à l'esprit vendredis du vins, et aux directives d'Olif http://www.leblogdolif.com/. Alors on se lance?IMG_2839

 

C'est plutôt de la jeune poulette qui s'ébat gentiment, que de la vieille poule. c'est clair. Un nez bien frais, autour de la poire à croquer, de la pomme verte, un peu de laurier... en bouche, c'est plutôt déroutant. Le chardonnay se montre dans ce qu'il a de plus gras, et de plus explosif. Ici la poire se fait williams, le citron  se confit.C'est un peu surprenant par rapport à la vivacité du nez. En finale quelques amers complètent un vin qui sans être grand, est plus qu'agréable.

voilà.

 

21:05 Écrit par sandrine dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : beaujolais, vin sans soufre, degu |  Facebook |