14/08/2008

Le vin et les vins.....

Dans le monde du vin, c'est parfois difficile d'entendre des sons de cloches différents. En général, les commentaires sont policés, les prises de paroles mesurées, et les discours parfois un peu trop lisses.

Difficile d'entendre des échos différents. Je ne sais pas trop à quoi ça est du, est ce une auto censure dictée par les impératifs marketings ou pas, en tous cas, la plupart du temps, c'est ainsi.

Sauf quand, de temps à autre, un téméraire se permet une sortie. Derenoncourt, on peut l'aimer ou pas, mais ce qui est sûr, c'est qu'il a du talent et n'a plutôt pas la langue dans sa poche. Lu dans IVV, cette phrase à propos des vins " natures": " ça fait trop longtemps qu'ils nous pourrissent les bars à vins. Le cuir, d'accord, le crottin de cheval, non!".

A l'heure où il est de l'extrème chic de boire ces vins natures, où quiquonque osant dire autre chose que du bien de ces vins là, se fait traiter de béotien qui n'a rien compris au sens du vrai vin, c'est plutôt gonflé...

Car oui, pour ses adeptes, le vin nature, c'est du vrai vin. L'autre, c'est quoi? Je m'interroge, encore. Est ce que travailler sans filets,c' est de l'héroisme ou de l'inconscience?

Est ce que produire des vins hypra sensibles à l'oxydation, aux changements de température, est un progrès?

Je n'ai pas encore tranché véritablement, car s'il m'est arrivé de goûter des vins sublimes, j'ai été aussi fortement déçue par d'autres. Pour moi, un rosé qui a des arômes de croutes de fromages laissées sur un radiateur plusieurs jours, ce n'est pas de l'ordre de l'agréable, ni encore moins des arômes que j'attend d'un rosé.

Et si, simplement on essayait de garder un peu de raison, et qu' on faisait ce type de vin d'abord quand on a les capacités techniques, les raisins sains, et le type de vin en tête pour le faire? On éviterait peut être pas mal de ( grosses ) boulettes.

N'empêche, une question me turlupine. Je me demande si l'égo des dégustateurs n'y est pas pour quelque chose. Je m'explique: goûter des vins que tout le monde connait, c'est facile mais peu valorisant. Par contre, sortir de la norme, du conformisme et sortir des sentiers balisés, c'est bien mieux pour l'image. Donc, après les régions délaissées, il fallait bien trouver autre chose, pour être anticonformiste. Et paf ! Voilà le vin nature, avec cette espèce d'aura de martyr , de vin pur contre tous les méchants vins impurs.... Et de se réclamer de cette mouvance, en soulignant son anticonformisme marqué, n'est pas finalement être plus conformiste que les conformistes?

Bref, ma position est on ne peut plus claire: je n'en ai pas. Je goûte, c'est bon, c'est bien, ce n'est pas bon, je jette.Et ainsi, je m'assure de ne pas passer à côté de jolies découvertes, qu'elles soient natures ou non, qu'importe!

Moi, ce que j'aime, c'est le VIN !

 

 

15:29 Écrit par sandrine dans coups de gueule | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : vins natures, derenoncourt |  Facebook |