17/11/2008

Des courses...

Il ne faut pas me lacher dans un magasin comme ça. Parce que forcément, je craque. Entre les épices, les huiles, le matériel de cuisine, impossible  de repartir de là les mains vides.  Il me fallait un sillpat. Un truc en silicone là qu'on utilise au four pour faire des biscuits, des tuiles, etc. Vu que j'ai fait l'aquisition d'une machine à pain,il y a peu de temps, et que j'aimerai pouvoir faire des petits pains, des pistolets , et autres, elle arrive à point nommé.

Et puis, j'aime bien découvrir. Ce mélanges d'épices australiennes m'a tenté, et hop. Un peu de sel aux herbes, de la fleur de sel, du massala mauricien,des graines de séchouan... De quoi parfumer la cuisine pour un petit momet.

J'adore la gastronomie italienne. Ce n'est pas un secret. Alors, pour changer des grissinni, des stiratini aux olives noires... et du lard aromatisé.

Pour les becs sucrés, du pannetone, et de la marmelade d'oranges amères.

Puis pour finir, des escargots. Ceux là sont de tellement bonne qualité que je les prépare le plus simplement du monde, avec un peu de crème et de persil. Pas d'ail. Pas besoin. Le plus simple, c'est le mieux.

IMG_2884

Alors, qui va se régaler ?

17:08 Écrit par sandrine dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gastronomie, miam, epicerie |  Facebook |

09/04/2008

Une fois n'est pas coutume!

et oui,on va un peu changer de sujet pour une fois:j'avais envie de vous parler d'un bouquin que j'ai adoré...

Il traite de gastronomie,mais de bien plus que ça.C'est en fait l'histoire d'un écrivain,Bill Buford,entré en cuisine comme on entre en religion,poussé par une passion dévorante et une soif d'apprendre telle qu'il devient stagiaire dans un des plus grands restos italos américains de New York.En fait de stage,c'est un véritable parcours du combattant,à la quète perpétuelle des plaisirs gastronomiques et de leur conception.

Le rythme virevoltant du bouquin traduit bien l'exaltation du commis,l'effervescence qui règne dans les cuisines au moment du service,et les personnages un peu "barrés" qui peuvent y exister.

On suit avec envie et délectation les tribulations de cet écrivain qui ira même se perdre dans un village du fond de l'Italie pour y retrouver les sources de cette grande cuisine.

En tous cas,j'ai passé vraiment un bon moment avec ce bouquin et je vous le recommande!et avec un verre d'un  bon amarone ou un primitivo ou un brunello ou une falanghina ou...c'est encore mieux!

"Chaud Brûlant",Bill Buford,chez Christian Bourgeois éditeur

13:28 Écrit par sandrine dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gastronomie, livre, vin |  Facebook |