12/11/2008

I'm back !

D'abord, je vais commencer par vous dire merci à tous et toutes.

Je ne suis pas douée pour ça, mais bon. J' ai été très touchée, donc de gros bisous à tout le monde.

Reprenons:

J'ai une passion, que dis je une dévotion pour le fromage. Alors quand un grenoblois, j'ai nommé  emmanuel ,me parle de morbiflette, mes oreilles se dressent, et je ne peux qu'être intriguée. Forcément, il fallait que je goûte.

De la tartiflette au morbier. De la vraie. Pas du gratin pour touristes ( hein, manu? ), mais de celles qu'on fait à la poele en fonte, en rissolant pommes de terres, echalotes, lardons, puis que l'on laisse cuire avec du vin blanc jusqu'à absorption, et où on laisse fondre le fromage, ici en l'occurence du morbier....

Hum!

Normalement, on pratique avec du reblochon ( pas de l'industriel ou comme je l'ai vu aussi, de ces tranches toutes prêtes de fromage à tartiflette?!), mais ici le morbier est très intéressant.

C'était délicieux, et par les froids qu'il fait, c'est le genre de plat qui fait plaisir.

Et qu'est ce qu'on boit avec ça ?

Et bien du vin du jura, assurément...

Pour ma part, j'ai accompagné avec un " Vin de garde" 2002 de chez Ganevat, En chardonnay savagnin, élevé 48 mois en barriques( pas des fûts neufs, c'est juste pour l'oxygéntion, pas pour le goût de bois) sans ouillage ( L'ouillage est l'action qui consiste à remettre du vin dans les barriques pour éviter l'oxydation, car naturellement le vin a tendance à s'évaporer. Ne pas ouiller, peut permettre dans certaines conditions d'obtenir des vins de type "oxydatif", développant des arômes caractéritiques de noix ou de fruits secs le plus souvent).

Qu'est ce que ça donnait?

Un nez très gourmand, très pomme voire presque cidre, rond et mûr, une pointe minérale, en bouche on retrouve la pomme bien complétée par d'autres fruits blancs comme la poire, et la pêche blanche, une trace de santal, l'oxydatif léger se perçoit sur des arômes de raisins secs, et de noisettes,le plus étonnant est la grande fraicheur de ce vin, qui ne fait pas son âge. Leger, aérien, sans aucune lourdeur, on ne cesse de remplir son verre.  

La belle fraicheur du vin relayait le gras du plat, le fumé des lardons répondait à la minéralité, pommes et pommes de terre se répondaient sur un ton familier. Bref.

C'était pas mal du tout.