21/11/2008

Dégustation de whisky

Hier, c'était le lancement du beaujolais nouveau, ( et soyez en sûrs, on va en reparler), mais aussi et surtout une dégustation un peu spéciale pour moi. Celle de whisky. Dire que ce n'est pas forcément ce que je préfère est léger, toutefois curieuse comme je suis, je me devaisde goûter afin de rendre mon avis honnête et en toute connaissance de cause.

IMG_2900

Au programme, 6 Whiskys, tous issus de la Distillerie Ben Riach. Un pro de ces spiritueux était là pour nous guider, à travers les méandres des appelations, mentions, etc. Nous a parlé de la différence entre single malt ( eau , orge, et levures d'une seule distillerie) et grain whisky ( orge et bcp de mais). Ces deux whiskys assemblés forment les blends. A évoqué l'élevage , se faisant en fûts soit de bourbon, ou de sherry, ou bien d'un assemblage de ces deux vieillissements, voire encore d'une maturation supplémetaire dans un autre fûts ( le finish) quel qu'il soit ; porto, madere, sauternes, champagne .... A rappelé la notion de cask strength ( whisky sorti directement du fût sans rectification , donnant des alcools plus haut, mais paradoxalement des whiskys d'un abord plus doux à la dégustation).Ou de non chill filtered , qui ne sigifie pas " non filtré" , mais bien non refroidi après élaboration, qui donne des whiskys moins ronds, plus brut, moins doux).

L'objet de nos attentions était écossais, de la région de Speyside. Distillé deux fois , contrairement aux bourbons ( une fois) et aux irlandais ( trois fois). Au programme, des whiskies bien différents par leur mode d'élevage , leurs arômes et aussi leur côté tourbé ou non. Deux mots pour évoquer la tourbe. En anglais, on parle de peated whisky. Au moment de l'élaboration, on prend de l'orge, que l'on mouille et l'on laisse fermenter deux trois jours. Puis vient le moment de stopper la fermentation. Alors soit on fait chauffer à l'air tres chaud, soit à feu nu de tourbe. De la fumée se dégage et parfume l'orge. Selon le temps d'imprégnation, on parle de ppm. Plus un whisky est coté en ppm, plus le goût de tourbe sera prononcé. Nous avons goûté unwhisky à 50 ppm, mais par exemple, vient de sortir sur le marché un Octomore (distillerie Bruichladdich) coté à 140 ppm.

 Et si on passait au compte rendu maintenant ?

IMG_2904

Ben Riach 12 ans Sherry: Il s'agit d'un whisky dont la plus jeune eau de vie entrant dans l'assemblage a douze ans de vieillissement. C'est un peu l'équivalent d'une cuvée en Champagne, un produit fait pour être stable tout au long de sa production et présentant les mêmes caractéristiques mises après mises.

Une belle couleur ambre, quelques reflets orangés. Un nez sur l'abricot mûr, la badiane, une pointe de miellat, du santal, une bouche ample sur l'amande amère, jugée un peu piquante par certains, de la canelle, et une sucrosité entrapercue au nez.  Perso, j'ai bien aimé la rondeur et le côté facile, easy drinking.

Ben Riach 16 ans: Visuel sur la paille, jaune clair. Nez beaucoup plus sur l'herbacé, foin, poivrons, notes végétales, une touche de verveine, un léger grillé. En bouche,la tourbe est légere, bien intégrée, les notes herbacées reviennent en raccord avec le nez. Relative douceur à l'attaque. Cewhisky a plu à la majorité des dégustateurs.

Ben Riach 15 ans Madera: Fûts de 15 ans, avec un finish Madera. ( 6 mois). La robe est un peu plus marquée que le précédent, au nez se disputent le pruneau et le kirsh, les épices, girofle, quatre épices, une pointe éthérée, laisse une impression ronde et fondue, la bouche est ferme, longue, avec une légere amertume, un peu de café et de torréfaction.

Ben Riach 12 ans finish Rhum: robe très pale, or pâle, nez tres tourbé fumé, sur la térébenthine, la colle, terreux, voire poussiereux. La bouche est douce, probablement l'effet du finish. Finale très longue.  Ce whisky est autant adoré qu'hai, son fort dosage en ppm, déconcerte ou charme selon les préferences de chacun.

Ben Riach  1984 23 ans Finish Port ( 52.4 %). Un seul fût, mis en bouteilles en juin 2008. Peated. Couleur plus prononcée. Nez un peu animal, fruité une certaine acidité, beurré, toasté, notes de canelle. En bouche on retrouve une forte présence de la noisette grillée, gourmande, tourbe pas trop marquée, juste en soutien, impressionnante en longueur. Quelques réminescences de vin jaune ?

Ben Riach 1976 Finish Bourbon ( 50.3 %):Couleur claire également, nez assez floral, violette, et une bouche musquée, légerement civette, avec une fraicheur incroyable. Pas de sucrosité, voilà un whisky qui sait où il va et qui y va tout droit. Elégant, pas tape à l'oeil. De loin pour moi le plus agréable et le plus " buvable".

Voilà voilà. J'espère vous avoir intéressé. Et pour terminer, une petite histoire:

Savez vous d'où vient l'expression " on the rocks " ? Et bien, au far west, le bourbon n'était pas mis en bouteilles, mais sagement consevés dans de gourdes sur le bât de son cheval avec l'animal, il prenait évidemment une certaine température. L'astuce des cowboys était donc d'y jeter des cailloux refroidis pour le tempérer quelque peu ....

 IMG_2906

Concentration et prise de notes ....